A Bouira, les avocats marchent pour commémorer le 5 octobre et soutenir le Hirak - Maghreb Emergent

A Bouira, les avocats marchent pour commémorer le 5 octobre et soutenir le Hirak

Facebook
Twitter

Les avocates et les avocats de la wilaya de Bouira ont organisé une marche aujourd’hui pour commémorer les événements du 5 octobre 1988 et pour soutenir le Hirak. La marche a été précédée par un rassemblement organisé à côté du siège de la cour de Bouira.

« Nous sommes là aujourd’hui pour commémorer la date du 5 octobre qui est une référence du combat pour les droits et les libertés avec son lot de martyrs, d’une part, et pour réitérer nous soutien indéfectible au mouvement populaire, d’autre part », a déclaré à Maghreb Emergent Me Ouafya Sidlhoum bâtonnier de l’ordre des avocats qui ouvrait la marche.

Les manifestants ont scandé des slogans hostiles au système tels que « Libérer les détenus d’opinions », « ras-le-bol du régime des clans », ont-ils, entre autres, répété. Me Khodir Ait Yahiatène, autre avocat membre du barreau a tenu à souligner que « nous adhérons pleinement à la légitimité des revendications du peuple, et essentiellement pour ce qui est de la défense de ses droits légitimes ».

« L’avocat est une partie du peuple et le symbole de la défense et de la protection des droits individuels et des libertés publiques et privées, et il se doit d’exprimer son adhésion totale et sans équivoque à la démarche pacifique du peuple », dira Me Rabie Toumi.

« L’ordre des avocats de la wilaya de Bouira s’adresse aux autorités pour leur faire savoir qu’il est intimement convaincu de la légitimité des revendications du peuple, surtout, pour ce qui est de son refus catégorique des élections, à plus forte raison quand ce gouvernement est maintenu. En clair, le peuple veut le changement de ce système corrompu dans sa totalité », assurent les avocats ayant participé à la marche.

Une minute de silence à la mémoire de tous les martyrs de la démocratie a été observée par les manifestants. Un avocat venu de la wilaya de M’sila fera une intervention dans laquelle il soutiendra que malgré le chemin parcouru, « nous constatons que des dépassements continuent à se produire ». Deux autres avocats venus de la wilaya de Tizi-Ouzou et de Sétif feront des déclarations dans le même sens. Des avocats participant à la manifestation ont brandi le portrait de l’élue APW de Tizi-Ouzou, Samira Messousi, originaire de la wilaya Bouira, détenue à la prison d’El Harrach. Les avocats ont été unanimes à demander la libération de tous les détenus d’opinion, notamment ceux originaires de la wilaya de Bouira qui compte au moins 6 détenus.

Facebook
Twitter