Accélération généralisée de la croissance en zone euro, ralentissement en Chine - Maghreb Emergent

Accélération généralisée de la croissance en zone euro, ralentissement en Chine

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

 

Le secteur manufacturier dans la zone euro a terminé 2015 en affichant une croissance dans l’ensemble des pays pris en compte dans l’enquête mensuelle de Markit auprès des directeurs d’achats, suggérant une progression annuelle moyenne supérieure à celle observée lors des trois précédentes années.

 

 

Cette croissance reste cependant molle en dépit des baisses de prix consenties par les entreprises pour le quatrième mois consécutif et de l’affaiblissement de l’euro, qui favorise les exportations. Selon les résultats définitifs de cette étude, publiés lundi, l’indice PMI manufacturier s’est établi à 53,2 en décembre, atteignant un pic de 20 mois. Ce chiffre dépasse légèrement les prévisions des économistes interrogés par Reuters, qui prévoyaient une stabilité de cet indicateur par rapport à sa première estimation, à 53,1. Il s’inscrit également en hausse par rapport à la valeur de 52,8 relevée en novembre. Ce baromètre de l’activité industrielle se maintient depuis bien plus de deux ans au-dessus du seuil de 50, qui distingue expansion et contraction. Le sous-indice de la production, qui entre dans le calcul de l’indice PMI composite attendu mercredi, a également atteint un plus haut de 20 mois, à 54,5 contre 54,4 en version « flash » et 54,0 le mois précédent. La composante reflétant les nouvelles commandes à grimpé à 54,2, au plus haut depuis mars 2014, soutenue par les rabais. « S’il y a beaucoup d’éléments positifs dans ces chiffres, la situation structurelle reste cependant celle d’une croissance solide mais qui n’a rien de spectaculaire », observe Rob Dobson, économiste de Markit.

Chute des bourses en Chine

Le secteur manufacturier de la zone euro « a encore pas mal de chemin à parcourir avant de se rétablir complètement » à ses niveaux d’avant-crise, ajoute-t-il.
A Pékin par contre, l’activité manufacturière ramollit. Lundi pour la première séance de 2016, les bourses de Shanghai et de Shenzhen ont été suspendues après qu’une chute de 7% à 13h28 a activé le mécanisme de « coupe-circuit ». Cette forte baisse est attribuée aux chiffres moins bons que prévu de l’activité manufacturière en décembre et à la baisse du taux de change du yuan. L’indice général Caixin des directeurs d’achat du secteur manufacturier s’est établi à 48,2 en décembre, contre 48,6 en novembre, selon les chiffres publiés lundi. Le taux de change du yuan a reculé lundi de 96 points de base à 6.5032 pour un dollar, selon le Système de transactions des devises étrangères de la Chine.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter