Algérie : un marché avicole "très instable" au 2e semestre de 2021 - Maghreb Emergent

Algérie : un marché avicole « très instable » au 2e semestre de 2021

Aviculture avicole
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Le marché avicole chair et ponte au cours du deuxième trimestre de 2021 était « très instable ». « Ces filières restent dépendantes du marché international en intrants alimentaires et biologiques », indique la note de conjoncture de l’Observatoire des filières avicoles algérienne, qui explique également les causes dudit dysfonctionnement.

La même source précise que c’est l’analyse dynamique des prix des produits avicoles au cours de ce deuxième trimestre 2021, qui a mis en exergue l’évolution spécifique des filières avicoles chair et ponte.

En effet, durant ce trimestre 2021, les prix du poulet de chair ont enregistrés des hausses importantes aux différents stades, de la production au détail, notamment durant les mois d’avril et mai 2021.

Désorganisation de la filière

« Une analyse de la filière « chair » montre que la hausse des prix des viandes blanches durant ce trimestre est due plus à l’instabilité du fonctionnement des filières avicoles dans son ensemble, une désorganisation chronique au niveau de la sphère de l’élevage, des mises en place anarchiques et une absence de coordination entre les éleveurs et autres acteurs de la filière ce qui se répercute négativement sur les prix », explique l’observatoire.

Le document souligne également que « l’absence de marché spécialisés dans la distribution et la commercialisation des viandes blanches a beaucoup influé sur les fluctuations brutales des prix, ou un grand nombre d’intermédiaires se greffent et multiplient leurs marges, et en fin de compte, c’est l’éleveur et le consommateur qui payent le prix chacun à sa façon ».

À l’inverse pour la filière ponte, « les prix des œufs de consommation ont enregistré une stabilité au niveau de la production notamment durant le mois de juin 2021 », note le document.

En dehors de la situation sanitaire liée au Covid – 19, que vit le pays depuis des mois, la fluctuation et l’instabilité des prix est due selon l’observatoire à l’absence d’organisation entre les acteurs des filières avicoles à tous les niveaux.  « La spécificité de ces filières (intégrées) nécessite la collaboration et la coordination de l’ensemble des acteurs pour une meilleure organisation, une planification et une maitrise des coûts. Sur le plan de l’élevage, il faudra (notamment) sensibiliser les éleveurs », a recommandé l’Observatoire des filières avicoles algérienne.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter