Alors que son contrat expire le 31 octobre...Espagnoles et Marocains discutent de l'avenir du Gazoduc Europe Maghreb sans inclure l'Algérie - Maghreb Emergent

Alors que son contrat expire le 31 octobre…Espagnoles et Marocains discutent de l’avenir du Gazoduc Europe Maghreb sans inclure l’Algérie

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Le contrat d’exploitation du Gazoduc Maghreb Europe (GME) liant l’Algérie, l’Espagne et le Maroc, arrive à échéance le 31 octobre 2020. En plus d’un droit de passage de 58 millions d’euros, cette infrastructure achemine 700 millions de mètres cubes de gaz verts centrales électriques marocaines.

Le P-DG de la compagnie espagnole d’hydrocarbures Naturgy, Antonio Basolas, aurait rencontré la a directrice de l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) Amina Benkhadra, à Rabat, afin de discuter de l’avenir du GME, selon des informations relayées par des sources spécialisées en intelligence économique.

La rencontre en question prendrait des allures de « sommet de crise », suite à la rupture des relations entre l’Algérie et le Maroc le 24 août dernier. Du côté espagnol, l’on considère toujours que l’avenir de gazoduc demeure en suspens, tandis Alger a exprimé récemment « le plein engagement de son pays à assurer l’ensemble des approvisionnements en gaz de l’Espagne par un gazoduc direct reliant les deux pays ». En effet,  l’ensemble des approvisionnements de l’Espagne en gaz naturel algérien sera assuré à travers le gazoduc Medgaz, reliant directement l’Algérie et l’Espagne.

Par ailleurs, Sonatrach a annoncé, en mai dernier, qu’elle porterait les capacités du gazoduc « Medgaz » à plus de 10 milliards de mètres cubes par an, grâce à un investissement qui a coûté 280 millions de dollars. À l’été 2018, Sonatrach a renouvelé le contrat d’approvisionnement de gaz à l’Espagne pour une durée de 10 ans, avec des quantités s’élevant à 9 milliards de mètres cubes par an.

De son côté, la patronne de l’ONHYM a affirmé, dernièrement, la volonté du Maroc de maintenir cette voie d’exportation. « Le Maroc est pour le maintien du Gazoduc Maghreb-Europe a précisé Mme. Benkhadra » dans un entretien accordé à «Maroc Le Jour».

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter