Arkab explique pourquoi le gazoduc Nigéria-Maroc "ne serait pas fiable"

Arkab explique pourquoi le gazoduc Nigéria-Maroc "ne serait pas fiable"

Le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, a accordé une interview au magazine allemand « Der Spiegel », dans laquelle il a évoqué plusieurs questions liées au marché gazier. Il a par la même occasion, commenté pour la première fois, le projet gazier Nigéria-Maroc.

Selon Arkab, le gazoduc algéro-nigérian est plus sûr et plus économique. « Notre pipeline est plus sûr et plus viable économiquement. Tandis que l’autre pipeline (NigériaMaroc), qui traverse 12 pays sur une distance de plus de 6000 km, est plus complexe et illimité », a commenté le ministre.

« Le financement de ce projet (gazoduc Nigéria-Maroc) est également flou », ajoute Arkab, soulignant que « l’Algérie possède les ressources et la volonté de financer une grande partie du gazoduc transsaharien (TSGP) ».

Le premier responsable du secteur de l’énergie en Algérie a affirmé que le projet du gazoduc transsaharien, qui transporte le gaz du Nigeria vers l’Algérie via le Niger, « sera prêt d’ici trois ans, pour transporter entre 20 et 30 milliards de mètres cubes de gaz vers l’Europe ».

Au sujet de la crise avec l’Espagne ?

Sur une question en rapport avec les relations tendues entre l’Algérie et Madrid, qui pourraient affecter l’approvisionnement en gaz, le ministre a été très clair.  « L’approvisionnement en gaz de l’Espagne ne serait pas affecté par les relations politiques tendues entre les deux pays ». Il a rappelé que l’Algérie « respecte ses obligations contractuelles, et les respectera toujours ».

A ce propos, Arkab ajoute que cela ne signifie pas pour autant, que « les prix du gaz fourni à l’Espagne ne seront pas revus ». Il souligne que les contrats à long terme « font l’objet d’une réévaluation tous les trois ans, en termes de volume et de prix ».

« Tout comme le prix mondial du gaz suit le prix du pétrole, et lorsque le prix du pétrole augmente, comme c’est le cas actuellement, les prix du gaz augmentent également », explique le ministre.

Rappelons que le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, prendra part ce lundi, à la deuxième réunion tripartite Algérie-Niger-Nigéria sur le projet du Gazoduc Transsaharien (TSGP). La réunion, s’inscrit dans le cadre de « la reprise des discussions au sujet du projet du Gazoduc Transsaharien (TSGP) ».