Assassinat de trois algériens au Sahara Occidental : quelles répercussions sur les exportations algériennes vers la Mauritanie? - Maghreb Emergent

Assassinat de trois algériens au Sahara Occidental : quelles répercussions sur les exportations algériennes vers la Mauritanie?

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Les tensions diplomatiques et politiques entre l’Algérie et le Royaume du Maroc ont franchi ses dernières semaines des étapes de non retour à la normale. Un conflit qui dépassent le stade politique pour s’imposer à l’économie de la région, à commencer la le non-renouvellement, par l’Algérie du contrat d’exportation du gaz naturel vers l’Espagne via le Gazoduc Maghreb Europe qui passe par le Maroc.

Le Premier novembre dernier, alors que les Algériens fêtaient leur 67ème anniversaire du déclenchement de la guerre de libération nationale de 1954, trois ressortissants algériens, participants à une opération d’exportation vers la Mauritanie, ont été assassinés dans les territoires libérés Sahraouis, par « un tir de Drone » à « Bir Lahlou au Sahara occidental ». « un acte d’hostilité » confirmé mercredi par la présidence de la république, en accusant d’une manière direct l’armée marocaine.

EN revanche, l’axe commerciale entre Ouargla et la capitale Mauritanienne Nouakchott connaît une dynamique considérable ces dernières années, surtout depuis l’inauguration le 19 août 2018 du nouveau poste frontalier « Chahid Mustapha Benboulaid » (point kilométrique PK-75 au Sud de Tindouf), qui permet aux opérateurs algériens de faire connaître leurs produits aux consommateurs mauritaniens, à l’instar des produits agricoles, électroménagers, alimentaires, de constructions et des produits pharmaceutiques et parapharmaceutiques.

En terme de volume des exportations entre les deux pays, il a été enregistré 52 opérations d’export en 2018 pour dépasser les 130 opérations d’exportation en 2019. Les exportations algériennes vers la Mauritanie sont passées de 1.229.530 dollars durant le premier trimestre 2020 à 6.456.931 dollars durant le deuxième trimestre de la même année.

Quels enjeux après l’incident ?

Malgré les encouragements des autorités aux exportateurs pour conquérir plus de marchés dans le continent et plus précisément dans les pays voisins, le marché mauritanien reste insignifiants et son volume reste faible. Selon les connaisseurs de la route commerçante entre le sud algérien à Ourgla vers la capitale mauritanienne Nouakchott, la route reliant Tindouf et Zouerate en Mauritanie est non construite et difficilement praticable pour les camions lourds.

Contacté par nos soins, pour commenter les répercussion de l’assassinat des trois algériens à Bir Lahlou au Sahara occidental le premier novembre dernier sur les exportations algériennes vers la Mauritanie, Ali Bey Nasri, Président de l’Association Nationale des Exportateurs Algériens, a indique que dans ce cas où « il y aura un soupçon d’insécurité, les autorités algériennes fermeront le poste frontalier Mustapha Benboulaid. Comme cela a été le cas pour le poste de In Guezzam menant vers le Niger ».

Pour Ali Bey Nasri « pour l’instant la Mauritanie reste un petit marché et les volumes d’exportations sont insignifiants pour l’Algérie. Il était important entre 2017 et 2019 où les exportateurs réalisaient jusqu’à 49 millions de dollars par an, et les exportateurs ont fait connaître les produits algériens aux mauritaniens ».

« Tant que les autorités n’interdisent pas ce trajet Ouargla-Nouakchott, les exportateurs vont continuer à commercer avec les mauritaniens », affirme le président d’Algex. par contre, selon ses dires « il y aura une période d’observation de plusieurs jours, mais les routiers vont certainement reprendre leurs exportations, tout en évitant d’entrer sur le territoire du Sahara Occidentale ».

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter