Balance commerciale : Benabderrahmane parie sur un excédent de 17 milliards de dollars

Balance commerciale : Benabderrahmane parie sur un excédent de 17 milliards de dollars

Le Premier ministre, Aimene Benabderrahmane, parie sur une hausse de l’excédent de la balance commerciale cette année grâce, en partie, à une augmentation des exportations hors hydrocarbures qui devraient, selon lui, atteindre 7 milliards de dollars à la fin de l’actuel exercice. La balance commerciale de l’Algérie devrait afficher ainsi un excédent supérieur à 17 milliards de dollars à la fin de l’année 2022, contre un excédent de 14 milliards de dollars à la fin août du même exercice.

« La balance commerciale a enregistré un excédent de 14 milliards de dollars à la fin août et nous prévoyons un excédent de plus de 17 milliards de dollars à fin 2022 », a précisé Aimen Benabderrahmane, dans une allocution prononcée, dimanche, à la clôture de la réunion Gouvernement-walis tenue au Palais des Nations. Selon le Premier ministre, la valeur des exportations hors hydrocarbures devraient passer de 4,4 milliards de dollars à fin août à 7 milliards de dollars à la fin 2022. Cela fait plusieurs années que la balance commerciale n’a pas connu un tel excédent. Les années ayant suivi le contrechoc pétrolier de 2014 ont été particulièrement préjudiciables pour les positions financières internes et externes du pays. Le déficit chronique de la balance commerciale durant cette période a aggravé le déficit de la balance des paiements, lequel était à la source directe d’une perte sèche de plus de 150 milliards de dollars sur les réserves de change de l’Algérie. Le stock en devises, investi dans les banques souveraines occidentales, a fondu comme neige au soleil, laquelle érosion est intimement liée au déficit chronique de la balance des paiements de ces dernières années.

La hausse des cours pétroliers mondiaux, amorcée depuis le début du précédent exercice, a grandement contribué à l’amélioration des indicateurs macroéconomiques de l’Algérie. L’Algérie a bénéficié également de la hausse des volumes de pétrole exportés, en période de forte demande et de levée progressive des restrictions de la production imposées par l’OPEP+.

Ali. T.