Champ gazier de Tinrhert (Illizi) : Petrofac franchit une étape majeure vers la production - Maghreb Emergent

Champ gazier de Tinrhert (Illizi) : Petrofac franchit une étape majeure vers la production

Facebook
Twitter

Au moment où la demande mondiale sur le gaz naturel augmente de plus en plus, l’Algérie, un des principaux producteurs mondiaux de cette énergie, accélère ses exploitations des gisements et augmente ses investissements dans la production du pétrole et du gaz.

En effet, le britannique Petrofac, l’un des principaux fournisseurs internationaux de services dans le secteur de l’énergie, a annoncé mardi, dans un communiqué, avoir « franchi une étape majeure dans la réalisation du projet de développement du champ gazier Tinrhert (Wilaya d’Illizi) de Sonatrach, avec l’introduction du gaz pour le démarrage de la production ».

Une étape, une fois terminée, « le projet augmentera les capacités de production de gaz naturel pour les marchés locaux et d’exportation, renforçant le développement économique dans le pays », précise le communiqué de Petrofac.

Selon Manish Bhojwani, directeur de Petrofac en Algérie, « l’introduction du premier gaz est une étape importante dans la mise en marche du projet. Les équipes se concentrent actuellement sur le démarrage entier de la plateforme tout en assurant un achèvement sécurisé. Nous sommes fiers que cela s’ajoute à nos succès, Petrofac travaille pour soutenir la production pétrolière et gazière de l’Algérie depuis plus de deux décennies, et cela depuis la signature de notre premier contrat majeur ici à Ohanet en l’an 2000 ».

Situé à Ohanet dans la wilaya d’Illizi, à environ 1500 km au sud-est d’Alger, le projet réalisé par Petrofac inclut un nouveau centre de séparation et de compression, élargissant l’usine centrale de traitement (CPF) existante que la société a réalisé et livré en 2002. Le centre éliminera le CO2 et le mercure provenant des réserves de gaz du champ, de sorte que ce dernier soit aux normes du marché mondial.

Le projet comprend également la construction d’un réseau de raccordement d’environ 400 km de pipeline pour connecter 36 nouveaux puits, ainsi que la mise en service, le démarrage et les tests de performance des installations.

Facebook
Twitter