Chine-Afrique: 5 piliers, 10 plans et 60 milliards de dollars - Maghreb Emergent

Chine-Afrique: 5 piliers, 10 plans et 60 milliards de dollars

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Cette semaine s’est tenu à Johannesburg le deuxième sommet sinoafricain en présence de Xin Jinping le président chinois et d’une délégation de plus de 40 chefs d’Etat africains. A l’issue de la réunion, le premier partenaire économique du continent africain a annoncé vouloir y injecter 60 milliards de dollars dans le cadre d’une coopération «mutuellement bénéfique».

 

Une cinquantaine de pays africains et la Chine ont adopté samedi à l’issue des travaux du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA) la Déclaration de Johannesburg et le Plan d’action de Johannesburg. Ces deux documents régiront les relations sino-africaines pour les trois années à venir et marquent un véritable tournant dans les relations entre les deux parties. Parallèlement à cet accord, Xin Jinping a également annoncé que la Chine allait accorder une aide financière de 60 milliards de dollars aux pays africains, incluant 5 milliards de prêts à taux zéro et 35 milliards de prêts, destinés à financer dix programmes de coopération. Cette décision du dragon asiatique est symptomatique des nouvelles réalités dans les relations sino-africaines. Pour emmener le continent africain vers un nouveau sommet, la Chine veut se baser sur «cinq piliers», cinq principes sur lesquels seront conçues ses relations avec les pays africains. Ces piliers qui ont été adoptés par les participants seront une coopération économique gagnant-gagnant, un échange culturel, une assistance mutuelle en terme de sécurité, l’équité politique et une solidarité dans la poltique internationale. Pour réaliser ce rapprochement historique, les deux parties ont également accepté de mettre en œuvre 10 plans majeurs de coopération.

60 millions de dollars débloqués pour la sécurité africaine

Dans l’industrialisation d’abord, domaine dans lequel le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a déclaré samedi qu’elle avait déjà commencé à être mise en oeuvre dans trois pays d’Afrique de l’Est et étendue en Afrique du Sud et en Egypte dans le cadre d’un projet pilote. En outre, la Chine envisage de mettre en oeuvre d’ici à trois ans, la formation de 200.000 techniciens africains et la fourniture de 40.000 opportunités de formation en Chine, dans le cadre des efforts en faveur du développement industriel du continent. Les autres plans de coordiantion concernent la modernisation de l’agriculture, la construction d’infrastructures, le développement des services financiers, le développement écologique, les facilités des échanges commerciaux, la réduction de la pauvreté, la paix et la sécurité du continent. Des mesures ont été annoncées parmi lesquelles la création de 100 projets de développement agricole dans 100 villages africains ainsi que l’envoi de 30 groupes d’experts agricoles en Afrique. La Chine a également annoncé que 60 millions de dollars devraient être débloqués pour soutenir la Force en attente de l’Afrique et améliorer la capacité de réaction rapide du Continent à des crises sécuritaires. Il n’a cependant pas été précisé si ces premiers fonds injectés seront déduits des 60 milliards de dollars annoncés par Xi Jinping. «Presque tous les pays africains qui dialoguent avec nous estiment qu’il est important de s’affranchir de la dépendance à l’aide étrangère», a déclaré M. Wang. La Chine a «non seulement la forte volonté, mais aussi la capacité pratique de le faire»

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter