Conférence sur l’industrie : quatre axes et plusieurs recommandations adoptés - Maghreb Emergent

Conférence sur l’industrie : quatre axes et plusieurs recommandations adoptés

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

La conférence nationale sur la relance industrielle dont les travaux ont pris fin lundi, a pris sur sa charge d’établir une vision stratégique pour le secteur industriel, ainsi que la mobilisation de tous les acteurs autour des objectifs de la relance économique.

Ainsi, quatre axes de travail ont été adoptés. Il s’agit du soutien des entreprises et promotion de la production nationale et des exportations, l’amélioration de l’environnement d’investissement et la disponibilité du foncier, la gouvernance des entreprises publique économiques (EPE) et la diversification et le développement de la concurrence.

Ces ateliers ont été couronnés par nombre de recommandations, à leur tête l’impératif pour les industriels publics et privés à s’organiser en clusters qu’il faudra cerner par un cadre juridique et d’améliorer l’attractivité de l’investissement et du capital étranger, à travers la mise en place de mécanismes efficaces au niveau des représentations diplomatiques de l’Algérie à l’étranger.

Ainsi, une série de recommandations préconisant pour l’essentiel, l’impératif de définir avec précision le rôle de l’Etat dans cette relance industrielle. A ce propos, lLes participants ont, ainsi, appelé à clarifier le rôle de l’Etat dans sa double dimension à savoir l’associé et le régulateur des entreprises économiques. Ils ont proposé la création d’une instance indépendante pour la gestion des participations de l’Etat sous la forme d’une agence ou d’un fonds d’investissement, tout en évitant certains dysfonctionnements enregistrés auparavant dans la gestion, outre la révision de certaines missions des instances de gestion du secteur commercial public et les contributions de l’Etat.

Outre cette proposition, les participants ont recommandé le développement des activités des membres des conseils d’administration des EPE, en leur conférant un caractère plus professionnel et une expertise dans divers domaines à l’image de l’amélioration de la gouvernance des banques initiée par le ministère des Finances.

Aussi, parmi les recommandations la nécessité de revoir de manière globale le système salarial et les indemnisations en tenant compte des missions et des responsabilité à adapter au niveau prévu dans le code du commerce. Il s’agit également de l’élaboration et de la publication d’un guide sur les missions et les obligations des membres des conseils d’administration  et des assemblées générales.

Les participants ont également recommandé la définition d’un cadre comprenant, d’une part, les missions des groupes industriels et des holdings publics et d’une autre part, accorder une plus grande indépendance et flexibilité à la gestion des sociétés et leurs filiales.

l’impérative révision des textes juridiques

Concernant la garantie de l’amélioration de la Gouvernance de l’entreprise publique économique (EPE), les participants à cet atelier ont insisté sur l’impérative révision des textes juridiques régissant ces mesures, notamment l’ordonnance 01-04 du 22 août 2001 relative à l’organisation, la gestion et la privatisation des EPE, les codes du Commerce et du Travail, l’adoption d’une nouvelle loi d’orientation sur la gestion des EPE, l’accélération de la mise en place du cadre juridique pour dépénaliser l’acte de gestion et la protection des cadres pour accélérer la cadence de la production et l’investissement.

Il s’agit également de l’ouverture du capital de certaines EPE non stratégiques ainsi que la redynamisation et le développement du partenariat entre les secteurs public et privé.

Les participants ont plaidé, en outre, pour la recherche d’autres sources de financement, la redynamisation du rôle des sociétés d’assurance et le recours à la Bourse d’Alger, au marché financier et aux fonds d’investissement.

Ils ont souligné également l’impératif de mettre en place une charte de Gouvernance des EPE avec l’identification des objectifs spécifiques à la Gouvernance et d’œuvrer à la réalisation de la complémentarité entre la stratégie de l’Etat et celles des entreprises.

La clôture de la conférence, s’est déroulée en présence du Premier ministre, et ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, et de nombre de ministres, notamment celui de l’Industrie, Ahmed Zaghdar.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter