Corruption : le procès "Amenhyd" reporté pour une seconde fois - Maghreb Emergent

Corruption : le procès « Amenhyd » reporté pour une seconde fois

Facebook
Twitter

Le juge du pôle Criminel spécialisé dans les affaires de corruption financière et économique, près du tribunal de Sidi M’hamed à Alger, a reporté ce mercredi, pour la deuxième fois, le procès de l’affaire dite « Amenhyd », jusqu’au 5 janvier 2022. Une affaire dans laquelle l’ancien Premier ministre Abdelmalek Sellal et l’ancien ministre des ressources en eaux Houcine Nessib, sont impliqués.

En effet, l’affaire de corruption dont les principaux mis en cause, les frères Chelghoum, responsables du groupe de réalisation des travaux d’aménagement, d’irrigation et de l’environnement. L’ancien ministre de la jeunesse et des sports, Mohamed Hettab, quatre Walis sont également poursuivis dans cette affaire, ainsi qu’une trentaine d’autres responsables.

Selon des sources médiatiques, l’ancien Wali d’Alger, Abdelkader Zoukh est également poursuivi dans le même dossier et accusé de « corruption, d’abus de pouvoir, de gaspillage de fonds publics et de conclusion d’accords en violation de la législation ».

Pour ce qui du contenu du dossier d’accusation, les même sources soulignent que « le dossier comprend des faits à caractère pénal liés aux transactions conclues entre la société « Amenhyd SPA » et des entreprises publiques. Amenhyd a obtenu 28 projets, dont 25 projets conclu entre 2012 et 2016, dont 16 contrats ont été conclus avec la Société Algérienne des Eaux (ADE) et l’Office National de l’Irrigation et du Drainage (ONID) avec 12 transactions d’une valeur financière initiale de 7200 milliards de centimes.

Les mis en cause sont poursuivi dans 15 chefs d’inculpation, dont « formation d’un groupe de malfaiteurs, l’octroi de privilèges injustifiés, l’abus de pouvoir, le conflit d’intérêts, l’abus d’influence, le gaspillage de deniers publics, sabotage et destruction de documents, négligence manifeste, complicité de salarié, remise d’une licence à une personne qui n’y a pas droit, falsification et utilisation de faux dans des documents usuels, fausses déclarations , contrefaçon et utilisation de faux dans les documents commerciaux.

Facebook
Twitter