Censure à Dzaïr TV: l’émission "Controverse" a été interdite de diffusion hier - Maghreb Emergent

Censure à Dzaïr TV: l’émission « Controverse » a été interdite de diffusion hier

Facebook
Twitter

L’émission « Controverse » sur Dzaïr TV, la chaîne de télévision appartenant au magnat du BTPH Ali Haddad, n’a pas été diffusée hier : elle a été censurée. C’est ce qu’a confirmé son animateur Khaled Drareni aujourd’hui sur les ondes de Maghreb M. Elle devait réunir des représentants des candidat à la présidentielle Abdelaziz Bouteflika et Ali Benflis ainsi que le chef du parti Jil Jadid Sofiane Djilali.

 

 

Les dirigeants de la chaîne de télévision Dzaïr TV ont décidé de censurer le numéro de l’émission « Controverse » qui devait être diffusé hier en soirée et devait réunirdes représentants des candidats à la présidentielle Abdelaziz Bouteflika et Ali Benflis, ainsi que le chef du parti Jil Jadid Sofiane Djilali, qui s’est retiré de la course à la candidature.

« On m’a dit que c’était une histoire de contexte, que tout le problème était venu du fameux clip tourné par les chanteurs pour Abdelaziz Bouteflika », a déclaré Khaled Drareni, l’animateur de l’émission, qui s’exprimait lors du Café presse présidentielles (CPP) de Maghreb M, la radio web de Maghreb Emergent. Il ne s’est pas étendu, toutefois, sur le rapport précis entre cet acte de censure et ce clip à la gloire du président-candidat auquel ont participé 60 artistes et qui a suscité une énorme polémique.

Khaled Drareni a ajouté : « L’émission n’est pas passée, elle ne passera pas et on ne m’a pas expliqué pourquoi. » Et de souligner: « J’aimerais rassurer les téléspectateurs qui nous suivent depuis une année : nous n’avions jamais été censurés, je n’avais jamais enlevé une seconde du passage d’un opposant. Je continuerai à défendre la libre parole dans ma chaîne, qui est pour moi plus qu’une chaîne, c’est vraiment ma famille. »

                                                                   

Sofiane Djilalai accuse l’entourage d président

 

Sofiane Djilali, invité à l’émission aux côtés de Nordine Mechaouat, du Mouvement populaire algérien (MPA), représentant d’Abdelaziz Bouteflika, et de Maamar Belaslouni, représentant du candidat Ali Benflis, a vite réagi à cet acte de censure dans un communiqué : « Selon des informations précises, c’est l’entourage direct du Président de la République qui est intervenu pour faire annuler l’émission. Cet acte liberticide ne fait que confirmer notre conviction que l’Algérie vit, à travers cette pseudo-élection présidentielle, un véritable coup de force, pour contraindre la nation à accepter à sa tête un homme invalide et justifier la mainmise d’une clique sur le pouvoir par procuration. » Et de saluer le « courage » de l’animateur de « Controverse » qui « vient d’annoncer la suspension de ses activités jusqu’après le 17 avril 2014, probablement sa manière à lui de ne pas cautionner l’inacceptable ». 

Facebook
Twitter