Émotions et pleurs à chaudes larmes aux obsèques de Gaid Salah - Maghreb Emergent

Émotions et pleurs à chaudes larmes aux obsèques de Gaid Salah

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Des centaines de citoyens ont occupé la Place du premier mai à Alger ce 25 décembre 2019, en attendant le passage du cortège transportant la dépouille mortelle du général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, décédé lundi suite à un arrêt cardiaque.

Ces partisans le pleuraient à chaudes larmes après avoir jeté le dernier regard sur le chef d’état-major de l’armée.

Le cortège du défunt est passé par la Place du 1er mai vers midi. La majorité des présents sont des jeunes hommes qui ne dépassent pas la quarantaine.  Ils ont suivi le cortège qui a traversé lentement cette place. Sur les lieux  il reste les familles accompagnées d’enfants, les personnes âgées et ceux qui ne trouvent pas de moyens pour rejoindre le cimetière d’El Alia ou Gaid Salah sera enterré.  Émues, plusieurs femmes de différents âges, pleurent et ne cessent de réciter  des prières pour le défunt.

Pour les plus âgés, « Gaid Salah a accompli sa mission et a confié l’Algérie aux jeunes ». « C’est un moudjahid qui a servi la patrie jusqu’au dernier jour de sa vie », répètent plusieurs personnes qui ont fait le déplacement.

Pour ces Algériens attristés, Gaid Salah a « protégé le soulèvement populaire  pendant neuf mois sans qu’aucune goutte de sang ne soit coulée ». «  Il a mis la Issaba (bande) en prison et a déjoué le complot étranger contre l’Algérie », ont souligné  plusieurs personnes.

Ces Algériens, venus de plusieurs wilayas, étaient en majorité entourés de l’emblème national. Ils sont restés suivre des yeux leurs concitoyens qui marchaient après le cortège officiel de la dépouille mortelle.

Parmi les présents, il y avait des hirakistes qui participent aux marches du vendredi et au Hirak des étudiants mardi. Une dame nous a affirmé qu’elle participe aux manifestations du Hirak , mais qui a de la compassion à Ahmed Gaid Salah. D’après elle, il faut le considérer comme « un père ou un grand père qui a des idées archaïques et qui veut s’imposer devant ses enfants ».


Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter