Energie: Le pétrole à plus de 45 dollars mardi en fin d'échanges européens, en baisse à New York

Energie: Le pétrole à plus de 45 dollars mardi en fin d'échanges européens, en baisse à New York

 

 

Les cours du pétrole hésitaient sur la marche à suivre mardi en fin d’échanges européens, les investisseurs se montrant prudents après un net rebond des prix la veille, alimenté par les espoirs de voir les grands producteurs de brut s’entendre pour plafonner leur offre. A New York, les cours évoluaient à la baisse.

 

Vers 16H35 GMT (18H35 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 45,05 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 34 cents par rapport à la clôture de lundi. Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de « light sweet crude pour livraison en septembre perdait quant à lui 23 cents à 42,79 dollars. Après avoir nettement progressé lundi dans le sillage de l’annonce d’une réunion informelle des pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) fin septembre en Algérie, les cours du Brent et du WTI paraissaient plus fébriles ce mardi, oscillant autour de l’équilibre sans parvenir à accrocher un cap.
Le prix moyen des 14 bruts de l’OPEP cotait 41,10 dollars/baril lundi, selon le site de l’Opep.
« La confirmation de discussions sur la politique de l’OPEP le mois prochain a permis aux cours d’étendre leurs récents gains », après qu’ils ont touché la semaine dernière des plus bas en trois mois et demi, notait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.
Les prix du pétrole, qui avaient chuté en juillet sur fond d’inquiétudes sur le niveau toujours élevé de l’offre, se reprennent en effet depuis la semaine dernière et ont été encouragés à poursuivre ce mouvement lundi, quoique moins vigoureusement, par l’annonce d’une réunion de l’OPEP en septembre afin de discuter d’une stabilisation du marché.
Aussi l’attention des investisseurs était-elle surtout tournée désormais vers les dernières statistiques hebdomadaires sur les stocks américains de pétrole, dont la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API) donnera ses estimations après la clôture des échanges. Elles seront suivies mercredi des chiffres officiels du département américain de l’Énergie (DoE) qui « devraient montrer une baisse de 1,5 million de barils (des stocks de brut aux États-Unis) et confirmer la tendance générale d’un déclin de l’offre hors-OPEP », estimait M. Lawler.
Les précédentes statistiques du DoE publiées mercredi dernier avaient été le catalyseur du rebond des cours, permettant au WTI de repasser au-dessus des 40 dollars le baril après l’annonce d’une nouvelle baisse de la production ainsi que d’un déclin inattendu des réserves d’essence.

Leave a comment

Send a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *