Hydrocarbures : Aramco annonce un bénéfice net en hausse de 82% - Maghreb Emergent

Hydrocarbures : Aramco annonce un bénéfice net en hausse de 82%

Facebook
Twitter

le géant saoudien de l’énergie, Aramco, a annoncé dimanche un bond de 82% de son bénéfice au premier trimestre.

Porté par la flambée des cours du pétrole, le bénéfice net du groupe pétrolier saoudien s’est élevé à 39,5 milliards de dollars, contre 21,7 milliards de dollars sur la même période en 2021, indique Saudi Aramco dans un communiqué.

Le bond des bénéfices du plus grand exportateur de pétrole au monde s’inscrit dans le sillage d’une série d’annonces économiques favorables pour l’Arabie saoudite, où le secteur pétrolier en plein essor soutient le taux de croissance le plus rapide depuis une décennie.

Les derniers résultats financiers d’Aramco ont été publiés quatre jours après que l’entreprise a détrôné Apple en tant que société la mieux valorisée au monde, avec des actions valant 2.430 milliards de dollars contre 2.370 milliards pour la société américaine.

En mars, le géant saoudien a annoncé une hausse de 124% de son bénéfice net en 2021 par rapport à l’année précédente.

Cependant, l’entreprise est confrontée à des problèmes de sécurité liés à la guerre menée par la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite contre les rebelles Houthis du Yémen, qui ont ciblé à plusieurs reprises le royaume, y compris des sites d’Aramco.

En 2019, des attaques aériennes revendiquées par les Houthis contre deux installations d’Aramco dans l’est de l’Arabie saoudite ont temporairement interrompu la moitié de la production de brut dans le royaume.

En mars, une attaque des Houthis contre des installations d’Aramco a encore provoqué une baisse « temporaire » de la production.

Début mai, l’Arabie saoudite a fait état de son taux de croissance le plus important depuis dix ans, le secteur pétrolier en plein essor ayant alimenté une hausse de 9,6% au premier trimestre par rapport à la même période en 2021.

Le plus grand exportateur de pétrole a résisté aux demandes des États-Unis d’augmenter sa production pour tenter de contenir des prix qui ont grimpé en flèche depuis le début de la guerre en Ukraine.

ME avec Agence

Facebook
Twitter