Il s'est entretenu hier avec une délégation : Benabderrahmane tente de rassurer le FMI

Il s'est entretenu hier avec une délégation : Benabderrahmane tente de rassurer le FMI

Une mission virtuelle effectuée en Algérie est conduite par une équipe du FMI du 14 septembre au 3 octobre 2021, au titre de l’Article IV des Statuts de l’institution de Bretton Woods.

Le Premier ministre, ministre des Finances, Aimene Benabderrahmane, s’est entretenu mardi, par avec visio-conférence, avec une équipe du Fonds Monétaire International (FMI), a indiqué un communiqué du ministère.

Selon la même sources, les discussion ont grosso modo porté sur les agrégats macroéconomiques et budgétaires notamment, au regard des répercussions de la pandémie Covid-19.

Par ailleurs, le ministère des Finances a indiqué que cette audience avec la délégation du FMI, conduite par le chef de Division au niveau du département Moyen-Orient et Asie Centrale du Fond, Mme Geneviève Verdier, intervient dans le cadre d’une mission virtuelle effectuée en Algérie par l’équipe du FMI du 14 septembre au 3 octobre 2021, au titre de l’Article IV des Statuts du Fonds.

Ladite mission a pour objectif « d’échanger sur les politiques mises en œuvre sur les plans monétaire, budgétaire et financier, ainsi que sur les défis rencontrés sur le plan macroéconomique », détaille le communiqué.

A ce titre, M. Benabderrahmane a indiqué que « notre économie a fait preuve d’une grande résilience face à la pandémie, sous l’effet des mesures prises pour circonscrire l’impact de la propagation de la pandémie, notamment celles relatives à la préservation de l’activité économique, la rationalisation de la dépense publique et l’encadrement du commerce extérieur ».

M. Benabderrahmane a, par ailleurs, précisé qu’en 2021, « l’économie algérienne a renoué avec la croissance après la baisse d’activité qui a caractérisé l’année 2020 ».

Il a rappelé également « les efforts continus déployés par l’Algérie au titre d’un processus ambitieux de réformes et de modernisation, touchant divers domaines à l’instar des réformes fiscale, budgétaire, bancaire, ainsi que la redynamisation du marché des capitaux ».

De leur côté, les responsables du FMI ont pris « bonne note » des mesures prises par le gouvernement algérien et qui ont permis d’atténuer l’impact de la pandémie Covid-19, et ont présenté les principaux axes de cette mission virtuelle, portant notamment sur « les moyens de maintenir la stabilité macroéconomique et de promouvoir l’insertion du marché informel ».

L’équipe du FMI a, en outre, réitéré sa volonté à poursuivre, à travers l’assistance technique, « l’accompagnement de notre pays dans ses efforts de réformes dans divers domaines de politiques économiques ».