Irrigation par les eaux usées: Une pratique qui menace la santé publique ! (Contribution)

Irrigation par les eaux usées: Une pratique qui menace la santé publique ! (Contribution)

irrigation
Facebook
Twitter

L’utilisation des eaux usées dans l’irrigation agricole en Algérie n’est un secret pour personne. Chaque année, la presse rapporte des informations concernant ce fléau qui prend de l’ampleur en l’absence de contrôle et la non application de la loi contre ceux qui risquent d’empoisonner la population par cette pratique malsaine et dangereuse.

La propagation du choléra est pour nous l’occasion d’ouvrir un débat sur ce sujet jadis ignoré ! Le doute qui plane sur les produit agricoles quand à la propagation de la maladie à donné l’occasion au grand public de prendre connaissance de l’existence d’agriculteurs ‘’énergumènes ‘’ sans foi ni loi qui procèdent à l’irrigation de leurs cultures avec des eaux usées sans se soucier du danger qu’encourent les consommateurs

Le manque ou l’absence des eaux d’irrigation ne peut en aucun cas être une raison de recourir aux eaux usées pour arroser les récoltes quitte à changer d’activité pour les agriculteurs concernés !, il en va de la salubrité de nos aliments et de la santé de toute une population

La loi relative à l’eau promulgué en 2005 stipule dans sont article 130 que ‘’ L’utilisation des eaux usées brutes pour l’irrigation est interdite’’, les peines de ce délit sont également mentionnées dans le même texte de loi ainsi l’article 179 stipulent que ‘’ Quiconque commet une infraction aux dispositions de l’article 130 de la présente loi est puni d’un emprisonnement d’un (1) an à cinq (5) ans et d’une amende de cinq cent mille dinars 500.000 DA à un million de dinars 1.000.000 DA. En cas de récidive, la peine est portée au double ‘’ mais la question qui se pose est de savoir si cette loi est bel et bien appliquée et respectée ?

Le contrôle de ce phénomène ne nécessite pas des moyens draconiens ni une composante humaine importante et/ou qualifiée ! Le secret réside dans les exploitations agricoles se trouvant à proximité des canalisations des eaux usées  à ciel ouvert, ces exploitants sont les plus tentées à commettre ce forfait, irriguer leurs cultures avec une eau gratuite même s’il elle est souillée, c’est ce qui leurs procure un gain plus important en minimisant les charges !

Dans le cadre de l’exercice de mes fonctions j’ai eu à voir de visu des ‘’ traces ‘’ des opérations d’irrigation par les eaux usées, j’ai eu à découvrir comment ces « agriculteurs véreux »  creusent des tranchés pour dévier les eaux usées de leurs parcours initial et les conduire vers leurs cultures dans un paysage complètement dégradé ! Les riverains assurent même que ces eaux usées sont partagées à parts égales entre les utilisateurs qui parfois se disputent pour en profiter davantage !

Certes ces opérations sont dénoncées et des mesures ont été prises contre les malfaiteurs mais le mal est souvent déjà fait et il ya un grand risque que les produits irrigués par ces eaux soient commercialisés dans les marchés locaux et consommés en toute ‘’ quiétude’’ par des citoyens qui doivent jouer un rôle déterminant dans l’éradication de ce phénomène, par la dénonciation de ces pratiques aux autorités compétentes qui doivent également sévir et frapper d’une main de fer  en appliquant la loi dans toute sa rigueur  pour mettre un terme définitif à ces pratiques maffieuses !

L’utilisation des eaux usées pour l’irrigation peut provoquer des maladies redoutables plus graves encore que le choléra, les symptômes de ces dernières n’apparaissent pas dans l’immédiat, les poisons contenues dans les produits irrigués par les eaux d’égouts  s’accumulent au fur et à mesure dans le corps humain et ne se manifestent qu’après des décennies et s’avèrent ainsi compliquées et difficiles et dans beaucoup de cas, impossibles à traiter ! La prolifération des maladies cancéreuses en Algérie et leurs développement d’une année à l’autre est vraiment inquiétante et angoissante, elle est à lier en partie à ce phénomène.

L’irrigation par les eaux usées épurées ou encore les eaux non conventionnelles est une pratique courante, elle est utilisée  même en Algérie dans certaines régions qui ont bénéficié des stations de traitement de ces eaux, des textes réglementaires régissent ces opérations concernant surtout la concession de ces eaux aux utilisateurs, la qualité des eaux épurées pour l’utilisation en irrigation ainsi que la détermination des cultures susceptibles d’être irriguées par ces eaux usées traités. Il est nécessaire que les collectivités locales s’équipent en stations d’épuration pour être utilisées dans l’agriculture ainsi que l’industrie ce qui permet d’une part d’épargner les cultures de la pollution et d’autre part protéger l’environnement et préserver les réserves d’eau naturelles !

L’irrigation des cultures agricoles par les eaux usées et encore l’utilisation abusive et non raisonnée des différents pesticides nous conduisent ‘’ inéluctablement ’’ nous s’interroger sur la salubrité de nos aliments, notre incapacité à mesurer les dangers encourus par une alimentation pas du tout sure et pas du tout saine  nous rend inévitablement  vulnérables !

 

Aissa MANSEUR *

[email protected]

* expert en agriculture

Facebook
Twitter