L’arrêt du métro d’Alger : un silence qui suscite des interrogations - Maghreb Emergent

L’arrêt du métro d’Alger : un silence qui suscite des interrogations

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

A l’arrêt depuis 14 mois, le métro d’Alger n’a toujours pas fait vibrer le sous-sol de la capitale. Suspendu  depuis le 22 mars 2020, pour cause de pandémie, il demeure le seul moyen de transport à ne pas reprendre du service, après l’allègement des mesures de confinement.

L’Entreprise du métro d’Alger (EMA), qui se charge de la gestion de ce moyen de transport, n’a fourni aucune explication à ses usagers sur les raisons de cette suspension qui dure, au moment où  le prétexte de sécurité sanitaire des voyageurs, n’est plus d’actualité.

En janvier dernier, le directeur général de l’EMA, Ali Arezki, avait indiqué sur les ondes de la Radio nationale, que la date de reprise de service n’a pas encore été fixée. « Nous attendons la décision des pouvoirs publics », avait-il déclaré sans donner plus de détails.

Le premier responsable du métro d’Alger a même profité de l’occasion pour alerter les pouvoirs publics sur les pertes que subit son entreprise, à coup de milliards de dinars. Il a même souligné au passage que « le système d’exploitation de ce genre de transport nécessite une maintenance régulière, même lorsqu’il est à l’arrêt ». Il dira qu’une reprise de l’activité « permettra d’amortir un peu cette perte que l’EMA subit ».

Quatre mois après ces explications, pas très convaincantes, faut-il le dire, du DG de l’EMA, aucun communiqué n’a été publié par cette entreprise sur les raisons de cet arrêt trop prolongé. Un silence qui laisse imaginer plusieurs hypothèses et nourrie les rumeurs.   

Une passation de consignes entre français et algériens qui aurait tourné au vinaigre ?

Le contrat qui lié la RATP El Djazair à l’Entreprise du métro d’Alger (EMA), d’une durée de 8 ans, a pris fin le 31 octobre dernier. Mais celui-ci en comportait, selon nos informations, plusieurs lacunes voire des parts d’ombre.

Parmi elles, l’absence de définition de la nature des passations, notamment en ce qui concerne le transfert de savoir-faire en matière de maintenance technique du métro. Suite ay départ des Français, les techniciens algériens se seraient retrouvés dans l’incapacité d’assurer la continuité du support technique des équipements, faute de process assurant le transfère de technologie.

Autre souci et pas des moindres, la RATP El Djazair devait investir une partie du chiffre d’affaires, selon les closes du contrat qui la reliait avec l’entreprise du métro d’Alger. Une condition qui n’a pas été respectée selon des informations qui nous sont parvenues.

Pr ailleurs, l’ancien partenaire français semble vouloir récupérer les espaces publicitaires créés notamment dans les bouches du métro, dont les bénéfices sont partagés avec l’ANEP.

Autant de points restés en suspens, qui auriant, semble-t-il bloqué l’arrivée d’un nouveau partenaire pour prendre la place de la RATP et accompagner l’EMA dans la gestion et l’exploitation du métro d’Alger.

Un bout de tunnel qui semble lointain pour les habitués du métro d’Alger, mais surtout pour les centaines de ses employés. Ces derniers dont les salaires sont assurés jusque-là par Transtev (Transport Terrestre de Voyageurs), le groupe étatique qui rassemble des entreprises du secteur de transport, dont l’EMA est une de ses filiales.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter