Le FFS appelle les décideurs à « reconsidérer leurs priorités » - Maghreb Emergent

Le FFS appelle les décideurs à « reconsidérer leurs priorités »

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter

Alors que le pouvoir est décidé à poursuivre sa feuille de route électorale, en allant vers des législatives anticipées le 12 juin prochain, le Front des forces socialistes (FFS), appelle les ‘’décideurs’’ à reconsidérer leurs priorités.  

« Le peuple algérien est plus que jamais révolté par l’obstination du pouvoir à vouloir régenter ce soulèvement populaire pour la dignité et la liberté, par la répression, la multiplication des arrestations arbitraires et l’instrumentalisation de la propagande mensongère pour disperser ses forces à défaut de les anéantir, tout en continuant à dérouler sa feuille de route politique qui prévoit comme prochaine étape, l’organisation des élections législatives anticipées, le 12 juin prochain », a déclaré ce samedi 24 avril, Hakim Belahcel, à l’ouverture de la session ordinaire du Conseil national du parti.

Pour le membre de l’Instance présidentielle du FFS, « le peuple algérien dans sa majorité n’ira pas voter lors de ce scrutin ». Le parti, dit-il, « a alerté les décideurs sur les risques majeurs qui résulteraient du maintien de ces élections alors que les conditions ne sont pas réunies ».

Face à un constat qu’il qualifie d’« alarmant » et d’« inquiétant », Belahcel réaffirme que « la voie du vrai dialogue devrait faire converger toutes les forces vives de la nation, pour aboutir à un compromis national et historique ».

« Nous profitons de cette rencontre pour inviter les décideurs du pays à reconsidérer leurs priorités et adhérer à cet élan national en faveur du changement démocratique dans le pays », a-t-il lancé.

Hakim Belacel a réitéré enfin les revendications du parti à « l’arrêt de la gestion autoritaire de (la) révolution pacifique » à « la libération de tous les détenus politiques et d’opinion », à « l’ouverture des champs politique et médiatique » et à « la libération de l’appareil judiciaire de l’emprise du pouvoir exécutif ».

Le FFS a, pour rappel, décidé de boycotter le scrutin législatif du 12 juin.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter