Le Maroc compte améliorer ses parts dans l'échange énergétique régional - Maghreb Emergent

Le Maroc compte améliorer ses parts dans l’échange énergétique régional

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

L’intégration du Maroc dans le système énergétique régional offre un cadre adéquat pour l’échange énergétique, estime le ministre marocain de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement Abdelkader Amara au cours d’un atelier en marge des travaux de la COP21 de Paris.

 

Le ministre marocain de l’Energie a souligné son pays développe d’importantes capacités d’interconnexions avec l’Espagne (1400 MW) et l’Algérie (1200 MW), outre des capacités additionnelles prévues avec le Portugal (1000 MW) et l’Espagne (700 MW). Dans la même foulée, il a également annoncé que des études de faisabilité d’une interconnexion avec la Mauritanie sont également en cours. En exposant le déploiement du plan solaire marocain, il a indiqué que la première centrale NOOR1 d’Ouarzazate de 160 MW, sera mise en service avant la fin de cette année. Cette centrale, ainsi que ses répliques Noor2 et Noor3 a été développée par le groupe saoudien AcwaPower. Les centrales Noor II et Noor III ont une capacité totale de 350 MW, alors que le processus d’appel d’offres pour la réalisation de Noor IV, une centrale de 70 MW utilisant la technologie photovoltaïque, sera lancé incessament, a ajouté le ministre de l’Energie marocain. Le site de Ouarzazate, dans le sud du pays, atteindra à terme une puissance installée d’énergie renouvelable de 580MW, selon M. Amara.

10.000 MW de renouvelable additionnels

Le Maroc compte par ailleurs mettre en place des centrales solaires photovoltaïques de grandes et moyennes capacités pour la production de 2400 MW entre 2016 et 2025 et une puissance additionnelle de 1040 MW à l’horizon 2030. Dans ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, le Maroc va porter la part des énergies renouvelables de 42% de puissance installée en 2020, à 52% à l’horizon 2030. Cet objectif sera réalisé à travers le développement d’une capacité additionnelle de 10.000 MW d’énergies renouvelables dont plus de 4560 MW solaire et 1330 MW hydraulique, avec un investissement global estimé à environ 32 milliards de dollars, explique M. Amara.

 

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter