Le vice-président du Mali confirme sa prise de contrôle après l'arrestation du président - Maghreb Emergent

Le vice-président du Mali confirme sa prise de contrôle après l’arrestation du président

Facebook
Twitter

Le vice-président par intérim du Mali, le colonel Assimi Goita, a déclaré mardi qu’il avait pris le pouvoir après que le président de transition et le Premier ministre ne l’avaient pas consulté sur la formation d’un nouveau gouvernement.

Il a déclaré que les élections auraient lieu l’année prochaine comme prévu.

Le président Bah Ndaw et le Premier ministre Moctar Ouane ont été arrêtés et emmenés dans une base militaire à l’extérieur de la capitale lundi soir, provoquant une condamnation rapide de la part des puissances internationales, dont certaines l’ont qualifiée de « tentative de coup d’État ».

Les deux hommes étaient à la tête d’un gouvernement de transition créé après un coup d’État militaire en août qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keita. Ils ont été chargés de superviser le retour aux élections démocratiques l’année prochaine.

Goita, qui a dirigé le coup d’État d’août, a orchestré les détentions après que deux autres chefs du coup d’État ont été démis de leurs fonctions gouvernementales lors d’un remaniement ministériel lundi.

Dans un communiqué lu par un assistant de la télévision nationale, Goita a déclaré que les élections de l’année prochaine pour restaurer un gouvernement élu se dérouleraient comme prévu.

« Le vice-président de la transition s’est vu obligé d’agir pour préserver la charte de transition et défendre la république », indique le communiqué.

Les Nations Unies, l’Union européenne et les pays de la région ont tous condamné les actions de l’armée et exigé la libération immédiate des dirigeants détenus.

Ils craignent que la situation ne puisse exacerber l’instabilité dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, où des groupes islamistes liés à Al-Qaïda et à l’État islamique contrôlent de vastes zones du nord et centrent et organisent de fréquentes attaques contre l’armée et les civils.

Une délégation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) devait se rendre mardi au Mal.

Reuters

Facebook
Twitter