Les douanes espagnoles imposent des conditions sur les marchandises à destination de l’Algérie - Maghreb Emergent

Les douanes espagnoles imposent des conditions sur les marchandises à destination de l’Algérie

Facebook
Twitter

La décision de l’Algérie de suspendre le traité d’amitié avec l’Espagne et le gel des échanges commerciaux avec ce pays, a poussé les autorités espagnoles de réagir. Un mois après que l’Algérie a suspendu l’importation et l’exportation depuis l’Espagne, les autorités commerciales de ce pays ont imposé des conditions « strictes » à toutes les marchandises à destination de ses ports vers l’Algérie.

En effet, la Chambre de commerce espagnole a ordonné aux services douaniers et tous les opérateurs économiques de son territoire, d’interdire la sortie de marchandises du Royaume d’Espagne vers l’Algérie, sans qu’elles soient soumises au dédouanement. Une décision qui met fin à tous les privilèges du passé, qui permettaient une certaine souplesse et une flexibilité dans le traitement des marchandises en direction de l’Algérie.

« Nous vous informons qu’à partir de la date du 21 juillet 2022, toutes les marchandises au départ de l’Espagne vers l’Algérie, doivent disposées des documents de déclaration douanière, et tout dossier ne disposant pas de ces documents, est interdit de quitter le territoire espagnol », lit-on sur la correspondance de la chambre de commerce espagnole.

Cette instruction des autorités espagnoles, concerne notamment, les marchandises d’origine espagnole ou celles importées d’autres pays qui transitent par les ports espagnols à destination de l’Algérie. Même les colis, via le courrier international, sont également concernés par cette décision. Une mesure qui, selon les opérateurs économiques, pourrait ralentir d’en moins une semaine supplémentaire, le traitement des marchandises.

Il faut rappeler que cette décision de la part de l’Espagne, coïncide avec le flou qui règne dans les procédures douanières du côté algérien.

Une correspondance émanant des services de la direction régionale des douanes d’Alger-Port, datant du mois de juin dernier, a fait part au directeur général des Douanes, « des difficultés rencontrées quant à l’interprétation et l’application de la décision du ministère des Finances, se rapportant à la décision de suspension immédiate du traité d’amitié et de coopération avec l’Espagne».

L’hésitation dans le traitement de cette marchandise, est due principalement, à l’absence des modalités d’application liées à la mise en œuvre de cette mesure, dans son volet commercial. La confusion concerne les opérations commerciales ou d’expédition de marchandises espagnoles vers l’Algérie, effectuées avant le 09 juin 2022, date de prise de décision du gel du traité en question par les pouvoirs publics. Le même floue concerne également, les produits d’origine espagnole mais en provenance d’autres pays que l’Espagne, ainsi que ceux en provenance d’Espagne mais originaires d’autres pays.

Facebook
Twitter