Les sidérurgistes arabes veulent imposer des barrières douanières sur les importations de fer

Les sidérurgistes arabes veulent imposer des barrières douanières sur les importations de fer

Selon l’UAFA, le marché arabe du fer connaît, ces dernières années, une hausse « soudaine et inexpliquée » des importations les plus courantes, celles notamment des produits plats laminés et du rond à béton à des prix « très bas », source de « préjudices importants » portés à la production nationale dans les pays concernés.

 

L’Union arabe du fer et de l’acier (UAFA) a appelé jeudi, dans un communiqué, les Etats arabes à imposer des barrières douanières sur les importations de fer, notamment par l’institution de nouvelles taxes afin de protéger les producteurs locaux.

L’Union, basée à Alger, exhorte ainsi les gouvernements de la région à réviser les taxes sur les importations en les relevant à des niveaux pouvant freiner les « dangers » que pourraient représenter ces importations pour la filière et pour les économies locales.

L’UAFA recommande, par ailleurs, de redynamiser les mesures visant à vérifier la conformité du fer importé aux normes requises et garantissant la qualité du produit, comme c’est le cas pour la production locale, ajoute le communiqué.

L’invasion des produits sidérurgique chinois

L’association met en garde, à cet effet, contre les conséquences de l’absence de mesures protectionnistes dans la plupart des pays de la région, en particulier face à l’invasion des produits sidérurgique chinois.

Selon l’UAFA, le marché arabe du fer connaît, ces dernières années, une hausse « soudaine et inexpliquée » des importations les plus courantes, celles notamment des produits plats laminés et du rond à béton à des prix « très bas », source de « préjudices importants » portés à la production nationale dans les pays concernés.

Les importations arabes de produits d’origine chinoise, commercialisés sur les marchés nationaux à des prix inférieurs de beaucoup aux cours mondiaux et internes, explique l’UAFA, peuvent avoir un « impact destructeur » sur les producteurs locaux dont les investissements colossaux dans le secteur, actuels et à venir, seraient irrémédiablement menacés.

Leave a comment

Send a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *