Alain Rollat : "Les victoires du FN aux élections régionales n’auront aucun impact sur les relations entre la France et l’Algérie" (Vidéo) - Maghreb Emergent

Alain Rollat : « Les victoires du FN aux élections régionales n’auront aucun impact sur les relations entre la France et l’Algérie » (Vidéo)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

L’ancien directeur adjoint du Monder, Alain Rollat, était l’invité de Radio M dans l’émission «l’entretien». Le journaliste, qui a écrit 3 ouvrages sur la montée du Front National (FN) en France, est revenu sur l’entre deux tours des élections régionales françaises et la montée en puissance du parti extrémiste.

 

De passage à Alger, le journaliste et ancien directeur adjoint du journal « le Monde » Alain Rollat est venu rendre visite à Radio M pour commenter l’actualité électorale française qu’il a jugé prévisible. Il rappelle ainsi que «les causes des premiers succès politiques du FN sont économiques et sociales» et que ces causes se sont «amplifiées» depuis les années 80. Au lendemain du premier tour des élections régionales, le journaliste constate que le FN apparaît désormais comme le premier parti de France. Il souligne néanmoins que si l’on compare le nombre de votants de ces élections avec ceux qui ont voté pour Marine Lepen lors de l’élection présidentielle de 2012, il y a «400 000 voix en moins», ce qui montre selon l’expert, que le parti extrémiste n’a pas réellement progressé. Il estime ainsi à 3 le nombre de régions qui vont être conquises par le FN, le Nord Pas de Calais, la Provence Cote d’Azur et l’Alsace-Lorraine. Pour lui, ces victoires n’auront aucun effet sur les relations entre l’Algérie et la France, car un conseil régional a des pouvoirs «très limités» et que Marine Lepen a tout intérêt à montrer un visage «aimable» dans l’optique des élections présidentielles françaises en 2017.

Certains jeunes pensent qu’ «après tout on a jamais essayé le front national. On a rien à perdre»

Le profil de l’électorat du FN regroupe un ensemble hétéroclite de gens selon Alain Rollat. Aux traditionnels «déçus du socialisme» apparus très tôt vers 1983 lors de la présidence de François Mitterrand, s’ajoute de manière surprenante une grande partie de jeunes. «La majorité des jeunes de 18 à 25 ans qui votent, le font pour le FN» déplore t-il, «ils n’ont plus aucune confiance ni dans les notables de gauche ni dans les notables de droite et se disent qu’après tout ils n’ont jamais essayé le front national et n’ ont donc rien à perdre» ajoute l‘expert. L’ancien journaliste politique redoute aussi que les victoires du FN se transforme en troubles sociaux. «Je crains que certains jeunes désocialisés dans les banlieues de Marseille, Tourcoing, et ailleurs trouvent dans l’accession au pouvoir du Fn dans leur région, une occasion d’apparaître comme les premiers résistants politiques». Ce qui aurait pour effet de «justifier» le discours actuel du FN. De tels événements pourraient susciter des réactions «irrationnelles» rendant une arrivée au pouvoir du parti d’extrême-droite possible selon lui.

«Il manque environ 4 millions de voix à Marine Lepen pour être présidente de la République»

En se basant sur son expérience des élections françaises acquise au cours de sa carrière de journaliste politique, Alain Rollat calcule que: «depuis 1980 on ne peu pas être élu Président de la République si au premier tour on obtient moins de 10 millions de voix. Cela veut dire qu’il manque 4 millions de voix à Lepen». Même s’il appréhende le «facteur irrationnel» inhérent à toutes élections politiques, il souligne que «la France a déjà connu des retournements politiques, des mouvements d’extrême droite» au cours de son Histoire. Il reste persuadé que l’arrivée au pouvoir du FN dans certaines régions peut «mobiliser la gauche» qui sait qu’elle «est toujours battue lorsqu’elle est dispersée». L’ancien directeur-adjoint du Monde affirme de ce fait, que si François Hollande lui demandait un conseil politique il n’hésiterait pas à lui préconiser de « démissionner et de convoquer des élections anticipées ». Même s’il reconnaît que cette décision serait impossible à prendre au vu de la situation sécuritaire du pays, il pense que cela clarifierait la situation. «Chacun prendrait ses responsabilités» analyse t-il, «on ferait l’économie d’un an et demi de chaos médiatique et je suis sur que le Fn ne gagnera pas».

Extraits vidéo : http://bit.ly/1TECxyd

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter