Libye : la relance du processus électoral au coeur d'une prochaine conférence internationale en Algérie - Maghreb Emergent

Libye : la relance du processus électoral au coeur d’une prochaine conférence internationale en Algérie

Facebook
Twitter

L’Algérie abritera une conférence internationale pour soutenir le plan du gouvernement d’union nationale de Libye pour la relance du processus électoral dans ce pays, a annoncé hier lundi le président Abdelmadjid Tebboune au Premier ministre libyen, Abdelhamid Dbeibeh, reçu en audience au siège de la Présidence.

« Le président de la République algérienne s’est félicité des mesures prises en vue d’organiser des élections, soulignant son soutien à ces démarches et à la coordination internationale les concernant, ainsi que les préparatifs d’une conférence internationale devant être accueillie par l’Algérie en faveur de la tenue d’élections en Libye », a indiqué le gouvernement libyen sur sa page Facebook, sans préciser la date de la tenue de cette conférence.


Arrivé lundi après-midi en visite officielle à Alger, Abdelhamid Dbeibeh était accompagné de plusieurs ministres, du chef d’état-major général, du chef du service des renseignements généraux et du chef du service de la sécurité intérieure. Après avoir été accueilli par son homologue algérien, Aïmene Benabderrahmane, et par le ministre de l’Intérieur, Kamel Beldjoud, le premier responsable du gouvernement libyen a été reçu par le Président Abdelmadjid Tebboune.

Selon la même source, Abdelhamid Dbeibeh a remis au chef de l’Etat algérien le document portant « cadre général du plan de restitution de la décision politique au peuple libyen à travers la tenue des élections ».


Le document détaille les mesures prises par le gouvernement en vue d’organiser des élections, précisant « que ce processus nécessite un soutien régional et international pour sa mise en œuvre ».

Pour rappel, le gouvernement d’Abdelhamid Dbeibeh fait face, depuis quelques semaines, à une aggravation de la situation après que le Parlement a accordé sa confiance à un nouveau gouvernement dirigé par l’ancien ministre de l’Intérieur, Fathi Bashagha, alors que Dbeibeh refuse de quitter ses fonctions de Premier ministre avant la tenue des élections.

R.I./Agences

Facebook
Twitter