Marché pétrolier : l’OPEP+ menace de réduire son offre

<strong>Marché pétrolier : l’OPEP+ menace de réduire son offre</strong>

Le ministre saoudien de l’Energie, le prince Abdelaziz Ben Salman, a déclaré que la volatilité extrême des cours et le manque de liquidité font que le marché à terme est de plus en plus déconnecté des fondamentaux et que l’OPEP+ pourrait également être contrainte de réduire sa production. Dit autrement, les prix à terme ne reflétaient pas les fondamentaux sous-jacents de l’offre et de la demande, ce qui obligerait probablement le groupe à resserrer ses vannes lors de sa prochaine réunion prévue le 5 septembre prochain.

 Selon le ministre saoudien de l’Energie, s’exprimant dans une interview accordée à Bloomberg, cette forte volatilité des cours perturbe les fonctions de base du marché et sape sa stabilité, ce qui renforce la détermination de l’OPEP+ à agir. Les contrats à terme sur le pétrole brut ont chuté de plus de 20% depuis début juin en raison des inquiétudes concernant les perspectives de l’économie mondiale et de la possibilité que le pétrole iranien revienne sur le marché. Les contrats à terme sur le Brent ont réduit les pertes après les déclarations du ministre saoudien à près de 96 dollars le baril, après avoir chuté à près de 92 dollars. L’OPEP et ses partenaires parmi les producteurs non-OPEP, dont la Russie, ont maintes fois augmenté leur production cette année, annulant progressivement toutes les réductions effectuées pendant la pandémie de coronavirus alors que la demande se redressait. Mais le ministre saoudien n’exclut pas le retour à la politique de réduction de l’offre compte tenu de la situation actuelle du marché. « La capacité de réserve est sévèrement limitée et le risque de graves perturbations reste élevé », a-t-il déclaré à Bloomberg. Abdelaziz Ben Salman a insisté sur le fait que l’OPEP+ est « plus forte et plus cohérente que jamais », non sans faire miroiter la possibilité de nouvelles réductions de la production du groupe. Ces réductions pourraient, selon lui, « intervenir à tout moment et sous différentes formes ». Les déclarations du ministres saoudien, poids lourd de l’OPEP et de l’OPEP+, interviennent alors que l’Alliance commence à travailler sur un nouvel accord pour l’après-2022.

L’entretien du ministre saoudien suggère que l’OPEP+ envisage un nouvel accord sous le prisme de la forte volatilité actuelle des cours qui ont déconnecté le marché de ses vrais fondamentaux. L’avertissement du ministre saoudien de l’Énergie intervient également peu après des informations selon lesquelles l’OPEP+ a pompé 2,9 millions de bpj en dessous de son quota cumulé.

Ali. T.