Maroc-La bourse de Casablanca pas affectée par le Brexit, termine la semaine en hausse - Maghreb Emergent

Maroc-La bourse de Casablanca pas affectée par le Brexit, termine la semaine en hausse

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter

Contrairement aux autres places boursières dans le monde, la Bourse de Casablanca a terminé la séance de vendredi dans le vert, insensible au raz de marée du Brexit, qui a fait chuter les grands indices boursiers.

 

 

Si à Londres, Paris, Francfort ou New York, le choc du Brexit a été retentissant, avec une chute des valeurs sur les places boursières, à Casablanca, les traders ne semblent pas avoir digéré les effets immédiats du vote des Britanniques pour le  »leave ».  Vendredi, 24 heures après l’annonce des résultats du référendum qui a donné la victoire aux partisans de la sortie de la GB de l’UE, la bourse de  »Casa » a terminé dans le vert après des séances indécises tout le long de la semaine. Le principal indice, le MASI (Moroccan All Shares Index), a terminé en petite hausse de 0,35% à 9.603,16 points, suivi de près par le Madex (Moroccan Miost Active Shares Index), qui a grappillé 0,36% à 7.854,44 points. Le rendement a été ramené à 7,59% pour le Masi, qui regroupe les plus grandes sociétés et banques marocaines, et 8,26% pour le Madex, où sont côtées les 62 valeurs les plus actives sur la place casablancaise. Les indices Ftse achèvent la dernière séance de la semaine sur une note postive également: le Morocco 15 termine en hausse de 0,61%, et le Morocco All-Liquid de 0,27%. La capitalisation boursière de la journée s’est établie à 482,085 milliards de DH, alors que les transactions de la séance du 24 juin, au lendemain des résultats du référendum qui a consacré le Brexit, les flux des échanges se sont établis à 39 millions de DH sur le marché central. Pour els sociétés cotées sur le marché central, Maroc Telecom a brassé 8 millions de dirhams et Attijariwafa bank 6 millions de dirhams.

 

Pas d’effet indésirable du Brexit

 

Les investisseurs marocains auraient été plus sensibles au projet de réforme de la bourse de Casablanca que l’annonce de la sortie de la Grande Bretagne de l’Union européenne. En effet, c’est à la veille du vote, mardi, que les députés marocains avaient adopté le projet de loi pour la réforme de la Bourse des valeurs. Très attendu par les experts, les investisseurs étrangers notamment, comme par les PME désirant une introduction à la bourse des valeurs, ce texte, initié par la direction du Trésor et des finances extérieures, veut moderniser le cadre juridique, qui date de 1993, ainsi que la mise en place de nouveaux marchés. Parmi les nouveautés de ce projet de loi, transmis à la Chambre des Conseillers (Sénateurs), il y a notamment la création de deux marchés dont un compartiment alternatif, réservé aux PME, des compartiments réservés à la négociation des fonds collectifs dont les Exchange Traded Fund (ETF) et les fonds immobiliers. En outre, la société gestionnaire de la Bourse peut aussi offrir des services de cotation pour des instruments financiers non admis à la négociation sur le marché réglementé. Dans le nouveau projet de loi, il est prévu également une cotation des entreprises étrangères n’ayant pas leur siège au Maroc, qui peuvent être cotées sur l’un des compartiments. L’autre bonne nouvelle pour le marché d’actions marocain, est la clôture anticipée de la période de souscription à l’introduction en bourse (IPO) des actions de « SODEP-Marsa Maroc », prévue initialement du 20 au 30 juin et qui a été écourté à ce lundi 27 juin à 14h30. 29.358.240 actions ont été vendues au prix de référence de 65 dirhams. Bref, le projet de réforme de la Bourse de Casablanca et le succès de l’introduction en bourse de Marsa Maroc aurait effacé les effets  »indésirables » du Brexit sur le moral des traders marocains.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter