Mehdi Jomaa devrait quitter Alger avec un chèque de 500 millions de dollars - Maghreb Emergent

Mehdi Jomaa devrait quitter Alger avec un chèque de 500 millions de dollars

Facebook
Twitter

Le Chef du gouvernement tunisien arrive aujourd’hui à Alger pour une visite de deux jours. Ses entretiens avec les responsables algériens devraient porter sur la coopération sécuritaire entre l’Algérie et la Tunisie mais surtout sur leur coopération économique, comme, par exemple, l’application de l’accord de libre-échange algéro-tunisien réactivé en février 2014.

 

 

Selon des sources proches de milieux gouvernementaux en Tunisie, le Chef du gouvernement tunisien, Mehdi Jomaa, qui arrive à Alger aujourd’hui, retournerait dans son pays avec un chèque de 500 millions de dollars. La même source n’a pas précisé la nature de l’aide financière algérienne mais a évoqué un prêt à des conditions avantageuses.

En 2011, l’Algérie a accordé à la Tunisie une aide de 100 millions de dollars constituée de 50 millions de dollars mis à la disposition de la Banque centrale tunisienne sans intérêts, de 40 millions de dollars sous forme de prêt à taux bonifié de 1% et, enfin, d’un don de 10 millions de dollars. Ce montant a pu paraître dérisoire au vu des besoins de financements de l’économie tunisienne dans une période de forte instabilité politique.

Mehdi Jomâa effectue sa visite de deux jours en Algérie à l’invitation de son homologue algérien, Abdelmalek Sellal. Il sera accompagné d’une délégation comptant notamment, le ministre des Affaires étrangères, Mongi Hamdi. Au menu de ses pourparlers avec les responsables algériens devraient figurer en bonne place la question de la coopération sécuritaire entre les deux pays (notamment pour contenir le noyau insurrectionnel islamiste à Djebel Chaambi, dans le gouvernorat tunisien de Kasserine, près de la frontière algérienne) mais aussi la coopération économique et commerciale bilatérale.

La visite de Mehdi Jomaa à Alger a lieu avant la réunion de la commission mixte algéro-tunisienne qui devrait avoir lieu courant mai. Elle a été précédée de promesses tunisiennes de lever les entraves à l’application de l’accord de libre-échange entre les deux pays.

En février dernier, pour rappel, la 19e session de la commission mixte algéro-tunisienne a activé l’accord commercial préférentiel entre l’Algérie et la Tunisie, avec application à partir du 1er mars.

 

Lire aussi sur Maghreb Emergent

 

Les Tunisiens attendent des « gestes » et de « l’audace » de leur riche voisin algérien

En Tunisie, le FMI inquiète, Alger en passe de rater une opportunité

Facebook
Twitter