Vaccin contre la Covid-19 : « On dépassera les 5 millions de doses d’ici fin juin », selon Benbouzid - Maghreb Emergent

Vaccin contre la Covid-19 : « On dépassera les 5 millions de doses d’ici fin juin », selon Benbouzid

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter

Le département de la santé semble accélérer la cadence pour rattraper le retard enregistré en matière de vaccination contre la Covid-9. C’est du moins ce qui ressort des chiffres avancés par le Ministre de la santé, Abderrahmane Benbouzid, qui s’exprimait sur les colonnes du quotidien Liberté.

En effet, le Ministre de la santé insiste sur la disponibilité « de quantités amplement suffisantes de doses de vaccin anti-covid pour lancer la vaccination à grande échelle ». Selon M. Benbouzid, le flux d’approvisionnement en vaccins, soit dans le cadre du dispositif onusien Covax ou celui de l’achat direct auprès des fournisseurs, se poursuit et l’Algérie bouclera, voire dépassera les 5 millions de doses d’ici fin juin.

Le premier responsable du secteur de la santé en Algérie parle déjà de « vaccination de masse » tout en invitant « les citoyens à aller se faire vacciner ». La vaccination, a-t-il précisé, est possible « sans inscription sur la plateforme numérique ».

Nouveau programme des commandes

Benbouzid dévoile le nouveau programme des commandes passées avec plusieurs fournisseurs. « Nous sommes contents de recevoir pratiquement en une dizaine de jours, environ 1,4 million de doses de Sinovac », a-t-il révélé. « On a passé dans le cadre d’achat bilatéral, deux commandes de 15 millions de doses chacune, soit 30 millions de doses qui nous seront livrées prochainement », a-t-il ajouté.

« Nous réceptionnerons aussi les 700 000 unités Sputnik V restant dans le cadre d’un contrat de 1 million de doses signé avec le partenaire russe », a soutenu le ministre sur le même tabloïd.

D’après Benbouzid, les régions qui continuent d’enregistrer des taux de contamination élevés sont particulièrement ciblées par la vaccination. « La vaccination n’empêche pas la propagation du virus, l’antidote est là pour empêcher les formes graves et les hospitalisations. Si on vaccine 60% de la population, ce seront 17 millions d’algériens concernés, alors que 70%  représentent 20 millions d’algériens », a-t-il détaillé en précisant que « certains pays vaccine uniquement 50% de la population globale ».  

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter