Pêche : 1000 crédits seront destinés aux micro-entreprises en 2022 - Maghreb Emergent

Pêche : 1000 crédits seront destinés aux micro-entreprises en 2022

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Dans le cadre de la solidarité gouvernementale visant à créer des micro-entreprises actives dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture à travers le dispositif du microcrédit, 1.000 crédits sont destinés à ceux qui souhaitent créer des micro-entreprises courant 2022, a déclaré mercredi, le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, Hicham Sofiane Salaouatchi.

A ce propos, le ministre qui était en visite de travail dans la wilaya de Skikda, a fait état de l’élaboration en cours d’un accord-cadre entre son ministère et celui de la Solidarité, lequel sera signé ultérieurement.

Salaouatchi a également rappelé que le microcrédit avait contribué au cours des dernières années à la création de nombreuses micro-entreprises dans les filières de la pêche et de l’aquaculture au niveau national. « Dans la wilaya de Skikda, près de 200 professionnels avaient bénéficié, durant la période allant de 2002 à 2020, de divers crédits pour l’acquisition des navires de pêche artisanale et du matériel de pêche subventionné, outre l’acquisition des motocycles au profit des poissonniers ambulants, la couture de filets et la pisciculture d’ornement », a-t-il ajouté.

Création de 500 micro-entreprises d’ici 2024

Par ailleurs, le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, a affirmé que les services de son département ministériel comptent créer 500 micro-entreprises et startups activant dans divers domaines du secteur de la pêche d’ici 2024.

Il a précisé que ses services ministériels ont mis en place plusieurs mécanismes pour accompagner la création des micro-entreprises et des startups dans différents domaines. « Cette démarche s’inscrit dans le cadre de l’objectif tracé par le secteur au sein du plan du gouvernement pour la période 2021-2024, à savoir l’augmentation de la production halieutique en Algérie à 166.000 tonnes/an d’ici 2024, la valorisation des produits de pêche destinés à l’exportation et le développement de l’industrie nationale de la construction et la réparation des navires », a déclaré le ministre.

Salaouatchi a mis en avant l’importance de la formation qualifiée au niveau des établissements de formation sectoriels afin de permettre aux jeunes désirant investir dans la pêche de créer des micro-entreprises en adaptant les mesures d’investissement par les différents dispositifs d’aide et en facilitant l’obtention des crédits.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter