Pétrole : les membres de l'AIE comptent puiser dans leurs réserves pour stopper la hausse des prix

Pétrole : les membres de l'AIE comptent puiser dans leurs réserves pour stopper la hausse des prix

Depuis l’invasion russe de l’Ukraine, le jeudi 24 février 2022, les cours du pétrole ont atteint un seuil historique et la demande mondiale de l’or noir a également observé une hausse considérable. La même tendance haussière a aussi été observée au niveau des cours du gaz.

A cet effet, l’Agence internationale de l’énergie (AIE), composée de 30 pays, présentera la semaine prochaine un plan d’urgence sur le pétrole, a annoncé mercredi son directeur, Fatih Birol, alors que les cours du brut ont flambé depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

D’ailleurs, le 1er mars dernier, « les membres de l’AIE se sont entendus pour libérer 60 millions de barils de réserves de pétrole sur les marchés mondiaux » pour faire face à cette hausse des prix.

Pour rappel, les États-Unis ont annoncé, hier mardi, un embargo sur les importations de pétrole et de gaz russes en représailles à l’offensive sur l’Ukraine. Pourtant, selon les analystes, cet embargo n’aura pas un effet important sur la demande mondiale.

Selon Fatih Birol, l’AIE allait chercher des solutions pour réduire la demande de pétrole dans les mois à venir. Il précisent en outre que « les 60 millions de barils sont une première réponse et cela ne représente que 4% des réserves des pays de l’AIE ». « Si besoin, si nos gouvernements en décident ainsi, nous pouvons apporter plus de pétrole sur les marchés », précise Fatih Birol, lors d’une conférence sur l’énergie à Paris.