Prix du pétrole : en baisse, les cours du brut dépendent de deux paramètres - Maghreb Emergent

Prix du pétrole : en baisse, les cours du brut dépendent de deux paramètres

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Doucement mais sûrement, les cours du Brent et du WTI ont amorcé une descente vers des niveaux inferieurs ces derniers jours, après avoir fait le yo-yo durant plusieurs semaines. Loin d’être totalement incontrôlable, le marché n’avance pas face aux tergiversations sur la demande, qui dépend étroitement de la situation économique de la Chine et des stocks américains.

Peu après l’ouverture ce matin, le prix de baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre se situe à 69.03 dollars, perdant 0,69% à Londres, par rapport à la clôture de la veille. A New York, le baril américain de WTI pour le mois de septembre a cédé 1,04% et affiche 66.59 dollars.

Mais pourquoi la baisse des cours devient-elle quasi systémique ? Selon les spécialistes du monde de l’énergie, la raison principale est l’instabilité ressentie par le marché au niveau de la demande. « Le marché essaye toujours d’évaluer quel va être l’effet du Covid » et de la propagation du variant Delta « sur la demande mondiale de pétrole » a expliqué Andrew Lebow de Commodity Research Group.

Et à ce jeu là, c’est la situation en chine qui est scrutée par dessus les autres investisseurs. Deuxième consommateur mondial, la demande chinoise entraine avec elle toute la dynamique sur le pétrole. « Lorsque les résultats sont décourageants dans la deuxième plus grande économie du monde, les investisseurs en tiennent compte », a insisté Tamas Varga, de PVM.

D’autre part, le marché temporise en attendant la prochaine réunion de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de leurs alliés via l’accord OPEP+ qui se tiendra le 1er septembre, mais également les nouveaux rapports sur l’état des stocks aux Etats-Unis, publiés par des agences spécialisées comme  l’American Petroleum Institute (API) ou l’Agence américaine d’information sur l’Energie (AIE).

Les analystes s’attendent à une réduction des stocks de brut américains de 1,4 million de barils et de 2 millions pour l’essence, alors qu’on entame les dernières semaines de la période des déplacements estivaux, rapporte prixdubaril.com.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter