Procès en appel de Ali Haddad : le verdict prononcé le 3 novembre - Maghreb Emergent

Procès en appel de Ali Haddad : le verdict prononcé le 3 novembre

Image Ali Haddad
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Le verdict dans le procès en appel de l’homme d’affaires Ali Haddad, poursuivi avec les deux anciens Premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, et d’anciens ministres, sera rendu le 3 novembre a annoncé mardi soir le président de la séance.

Lors du huitième et dernier jour des plaidoiries, le collectif d’avocats d’Ali Haddad a plaidé l’acquittement de leur client des charges retenues contre lui, arguant que « les affaires et investissements de ce dernier ont été réalisés conformément aux lois en vigueur » et réfutant qu’Ali Haddad « soit impliqué dans le financement de partis politiques ou de campagnes électorales ».

La défense a également demandé l’acquittement du frère de Ali Haddad, Rebouh Haddad des accusations retenues contre lui, d’autant qu’il « présidait le club de l’USMA d’Alger et qu’il n’a pris la gestion du groupe Haddad qu’à partir de mars 2019, suite à l’arrestation de son frère Ali ».

C’est le même verdict, que les défenseurs des anciens directeurs généraux des ports d’Alger, Bejaia, Mostaganem et Jijel ont demandé pour leurs clients car les faits qu’ils leur sont reprochés ne sont pas soumis au code des marchés publics », précisant que « l’autorité portuaire ne relève de leurs prérogatives mais de celles de la tutelle ».

Dimanche, Lors de sa plaidoirie, le Procureur général près la Cour d’Alger avait requis « le durcissement des peines » à l’encontre des principaux accusés dans cette affaire, et de confirmer le jugement rendu en première instance condamnant les deux anciens ministres de l’Industrie, Mehdjoub Bedda et Youcef Yousfi, à 2 ans de prison ferme assortis d’une amende de 500 000 DA chacun.

Ali Hadad avait été condamné en juillet à 18 ans de prison ferme assortie d’une amende de 8 millions Da, avec confiscation de tous ses biens. Les deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal avaient quant à eux été condamnés à 13 ans de prison ferme assortie d’une amende d’un million DA.

Les anciens ministres des Transports et des travaux publics et de l’Industrie Amar Ghoul, Amara Benyounes, Abdessalem Bouchouareb, Abdelghani Zalane, Abdelkader Kadi et Boujemaa Talai sont également poursuivis dans cette affaire. Sont également poursuivis, les deux anciens walis d’El Bayadh et de Annaba, respectivement Abdellah Benmansour et Mohammed Slamani.

Avec APS


Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter