Transport maritime : achèvement de la 2ème phase du renforcement de la flotte nationale - Maghreb Emergent

Transport maritime : achèvement de la 2ème phase du renforcement de la flotte nationale

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter

Le Groupe algérien de transport maritime (GATMA) vient d’achever, avec l’entrée en service mercredi du navire Djanet, la deuxième phase du renforcement de la flotte maritime nationale dédiée au transport des marchandises, a indiqué samedi à l’APS le DG du Groupe, Smain Larbi Ghomri.

Avant Djanet, réceptionné au Port d’Alger le 8 juin, le navire Cirta avait été récéptionné le 31 mai au même port. Il s’agit de deux navires porte-conteneurs (1.575 conteneurs équivalent vingt pieds (EVP) chacun) acquis pour le compte de CNAN MED, filiale du groupe.

Le navire Djanet est sorti du port d’Alger mercredi dernier pour entamer son exploitation, après une série de vérifications et de contrôles pour son Algérianisation définitive, a précisé M. Ghomri, précisant que le navire est prévu de charger 900 d’EVP à partir des ports Italien (Marina de Carrara) et Espagnol (Valence) pour revenir vers Alger dans le cadre des lignes régulières de la filiale CNAN MED.

Quant au navire Cirta, il achèvera les contrôles réglementaires et sera mis en exploitation avant la fin du mois de juin courant entre les ports de Valence, Barcelone (Espagne) et Oran, ajoute le même responsable.

Marquant l’achèvement de la deuxième phase du renforcement de la flotte nationale, l’acquisition de ces deux navires a visé « le renforcement de la flotte nationale en navires porte-conteneurs pour minimiser, voire éliminer les affrètements de navires étrangers en devises », assure le directeur général.

Elle permettra également, de donner « plus de parts de marché à l’outil national dans ce segment de transport qui ne cesse de se développer et prendre le dessus sur les autres types de transports, vu ses rendements très économiques et la rapidité de traitement de ce type de navires au niveau des ports internationaux », a-t-il expliqué.

A cet effet, estime-t-il, « la conteneurisation du transport maritime mondial, doit nous inciter à nous y adapter avec le minimum de dépendance et un maximum d’autonomie possible, surtout en ce qui concerne l’importation des produits stratégiques et de première nécessité ».

Augmenter la part de marché du pavillon national

C’est dans ce cadre, que le Groupe et ses filiales ont relancé le plan d’investissement décidé par les pouvoirs publics en 2011/2012, par l’acquisition dans un premier temps, entre 2014 et 2017, de dix (10) navires de capacité comprise entre 9.000 tonnes et 12.000 tonnes du type général cargo et un porte-conteneurs de 1.700 EVP, répartis entre la filiale CNAN NORD, avec 7 navires général cargo et la filiale CNAN MED avec deux navires général cargo et un navire porte conteneurs.

Ces acquisitions ont, certes, donné plus de place aux navires du pavillon national qui était « complètement absent » sur le marché des importations et encore moins celui de l’exportation, après la faillite de l’ex CNAN, mais sa part n’a pas dépassé les 5 à 6 % à ce jour, déplore le responsable.

Ainsi, dans le cadre de ses missions de mise en œuvre de la politique nationale sectorielle dans le domaine du transport maritime et le renforcement de la flotte du pavillon national, le Groupe, en coordination avec ses filiales de transport maritime, a « pu développer ces dernières années, et dès sa création en 2016, la relance de l’investissement en matière d’acquisition de navires pour donner à la flotte nationale plus de place et de parts de marché », selon M. Ghomri.

Il s’est ainsi, inscrit dans une démarche visant à « acheter les navires qu’il faut au moment qu’il faut » pour asseoir la politique du Gouvernement en matière d’encouragement de l’outil de production national et la réduction de la dépendance vis-à-vis des tiers pour ce qui des importations de marchandises du pays par voie maritime, et qui constituent, rappelle t-il plus de 90 % des importations à travers les 10 ports nationaux.

Dans ce sillage, M. Ghomri a expliqué que son Groupe oriente actuellement sa politique d’investissement sur les créneaux qui puissent sécuriser le pays en termes d’autonomie pour l’importation de produits stratégiques et vise également à réduire la dépendance en matière de transport maritime des importations vis-à-vis des armateurs étrangers et la diminution des dépenses en devises du pays pour le service de transport maritime.

Cela se fait, selon lui, en renforçant la présence sur les marché de proximité (Méditerranée) et du nord de l’Europe, mais également en contribuant à renforcer et développer les bases des métiers du transport maritime, en termes d’investissement humain, par le recrutement massif et la formation dans ce domaine riche et pluridisciplinaire avec l’assistance des écoles maritimes nationales et les instituts spécialisés.

Par ailleurs, la prochaine phase d’investissement prévue par le Groupe, à partir de la fin de l’année en cours, jusqu’à fin 2023, visera l’acquisition de navires vraquiers/céréaliers, l’achat de conteneurs neufs pour renouveler le parc actuel et le renforcer, a avancé M. Ghomri.

Elle prévoit également l’acquisition d’autres navires portes-conteneurs pour « mieux servir » les distances lointaines au nord de l’Europe, où la flotte nationale, à travers la filiale CNAN NORD, est présente avec des navires du type général cargo et ce depuis des années, en assurant l’importation de produits stratégiques et des matières de premières nécessité, comme les médicaments et le lait en poudre.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter