Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a affirmé ce mardi que « l’accord de la Zone de libre-échange africaine (ZLECAf), dès son entrée en vigueur, augmentera le volume des échanges commerciaux de l’Algérie de 52 % ».

Rezig a aussi révélé, lors des séances de réponses aux questions orales à l’Assemblée populaire nationale (APN), que cet accord entrera en vigueur à partir du 1er janvier 2021, en soulignant par la même occasion, que ce traité va permettre la création d’un marché libre composé de 53 pays africains.

Le ministre a rappelé aux membres du parlement qu’en plus de l’augmentation des échanges commerciaux, « l’entrée en vigueur de l’accord de libre échange permettra la création de nouveaux emplois ».

Ce lundi, le ministre du Commerce avait affirmé, lors d’une cérémonie de lancement d’une première opération d’exportation de produits “LG”, localement fabriqués, vers l’Espagne, que son secteur « œuvrait à la conformité du produit algérien avec les exigences des marchés étrangers de manière à le rendre exportable ».

« La mise en conformité des normes de qualité aux standards internationaux permettra dans le futur de s’incruster dans les marchés communs particulièrement après l’entrée en vigueur de la ZLECAf », a-t-il souligné.

Rezig a assuré, dans ce sens, que son secteur se mettra à côtés des opérateurs algériens et les accompagnera de sorte à aplanir les difficultés auxquelles ils font face et leur permettre de placer la mention « Made in Algeria » dans les marchés africains, arabes et européens.

Il a souligné également que « la stratégie nationale d’exportation est à sa dernière phase avant d’ouvrir le champ d’action pour une période de 10 ans ».

 320 total views,  14 views today