Au même titre que les bourses qui ont explosé à l’annonce d’un vaccin prometteur contre la Covid-19, les prix du pétrole confirment leur tendance haussière, entamée lundi dernier.

En effet, le pétrole poursuivait son ascension, ce mercredi après celle de la veille, alors que des chiffres encourageants pour la demande d’or noir étaient publiés mardi aux Etats-Unis. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier affichait fièrement une hausse de 3,71% ce, par rapport à la clôture de mardi, atteignant les 45, 23 dollars.    

A New York, le baril américain de WTI pour décembre grimpait de 3, 99% à 43, 01 dollars. Les deux cours de référence s’approchent de leurs précédents sommets de la fin de l’été, après avoir gagné 10 dollars depuis le début du mois. L’efficacité du vaccin à 90% développé par l’américain Pfizer et l’allemand BioNTech serait derrière cette franche embellie selon plusieurs analystes.

Toutefois cette logique ne semble pas affecter les pays de l’Opep qui affichent une attitude prudente. L’OPEP a en effet révisé à la baisse la demande mondiale de pétrole pour la fin 2020 et 2021, en raison de la dégradation des perspectives économiques consécutives aux mesures de restrictions prises pour endiguer la deuxième vague de Covid-19, note le rapport mensuel de l’Organisation.

La chute de la demande mondiale telle qu’escompté par l’OPEP est de l’ordre de 9,8 millions de barils par jour en 2020 alors que ce recul était initialement évalué à 9,5 millions barils par jour.  Lundi dernier, le prix du panier de référence du cartel s’affichait à 39.22 dollars le baril contre 39.79 précédemment. 

 547 total views,  3 views today