Alliance 13/11/2020

Actualités

Économie

Indice 2020 des femmes entrepreneures : bonnet d’âne pour l’Algérie !

L’Algérie est à la traîne en matière d'entrepreneuriat féminin ! Elle occupe l'avant dernière place…

Actualités

Entreprise

Son plan de départ volontaire est activé : Renault Algérie en passe de stopper son activité

L’usine Renault d’Oran ou Renault Algérie Production (RAP) sonne le coup d’arrêt brutal de sa…

Actualités

« Les chiffres officiels sont faux ! » (Professeur Farid Choui)

Covid-19 : Mensonges et vérités. Tel serait l’intitulé de l’émission « Accès Libre » qui…

Actualités

Entreprise

Reprise timide de l’activité des unités de transformation de blé d’Amor Benamor

Les unités de transformation de blé du groupe Amor Benamor, à Guelma, reprennent timidement du…

Actualités

Entreprise

Ouverture du secteur du transport au privé : Air Arabia en mission repérage en Algérie !

A peine a-t-on émis le vœu, du côté du président Tebboune, d'ouvrir le marché du…

Actualités

Entreprise

Face à l’effet homéopathique des nouvelles mesures barrières, les commerçants crient “halte à la mascarade” !

Covid-19. A peine remis des effets liés aux premières mesures de confinement, décrétées au début…

Actualités

Industrie : les mobiles et équipements informatiques exclus du régime préférentiel

Les mobiles et équipements informatiques ont été exclus du régime préférentiel et ne bénéficient, ainsi,…

Actualités

Économie

Economie mondiale : l’évasion fiscale coûte chaque année 427 milliards de dollars aux Etats (RJF)

L'évasion fiscale ou évitement fiscal des personnes et des entreprises, un des fléaux de l'économie…

Actualités

Politiques publiques

Covid-19 : le Gouvernement instaure des restrictions budgétaires, le spectre du “Takachouf” de retour en 2020

Sur fond de crise sanitaire, le Chef du gouvernement, Abdelaziz Djerad, ordonne une baisse de…

Actualités

Mohcine Belabbas réagit aux déclarations d’Emmanuel Macron sur l’Algérie

Le président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), M. Mohcine Bellabas commente…

Actualités

La chancelière allemande s’exprime sur l’état de santé d’Abdelmadjid Tebboune

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a reçu, vendredi dans son lieu d’hospitalisation…

Actualités

Energie

Transition énergétique : une journée de l’énergie algéro-allemande prévue début 2021

Pour la mise en place du plan solaire Il a été convenu d’organiser à Alger,…

Actualités

Benbouzid : Le nombre des contaminés en milieu scolaire est estimé à 0,008 %

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abderrahmane Benbouzid,…

Actualités

La décision du renvoi du procès du Général Toufik “va dans le sens de l’application de la loi ” selon Mes Ksentini et Bourayou

La perspective du renvoi devant la cour d’appel militaire de Blida de l’affaire dans laquelle…

Economie

Blé tendre : l’Algérie est le premier client de l’Europe en 2020 !

24 novembre 2020

Au 22 novembre 2020, l'Algérie occupe toujours la première place au classement des importateurs de blé tendre à partir de l'Union Européenne, avec 1.74 millions de tonnes achetées, selon une…

Lire Suite ...

Energie

Pétrole : à plus de 46 dollars, le Brent atteint son plus haut niveau depuis plus de 8 mois

24 novembre 2020

Les cours du pétrole ont enregistré ce mardi leur plus haut niveau depuis fin août, après que les annonces encourageantes sur les avancées des vaccins contre le Covid-19, se sont…

Lire Suite ...

Fil d’Actualité

Finance

22 novembre 2020 Moody’s confirme la note “AAA” de la dette à long terme de la BAD

L’agence de notation internationale "Moody’s Investor Service" a confirmé, fin octobre dernier, la note "AAA" de la dette à long terme de la Banque africaine de développement, avec une perspective stable, indique un communiqué de la BAD.

Selon note d’analyse de crédit annuelle de Moody's publiée en date du 27 octobre 2020, "le profil de crédit de la Banque africaine de développement s’appuie sur de solides réserves en fonds propres et une gestion des risques de première qualité capable de les limiter".

"Une réserve suffisante de liquidités et un libre accès aux marchés de capitaux internationaux renforcent également sa capacité à assurer le service de sa dette", a ajouté Moody’s.

En outre, "la Banque, en tant que première institution de développement en Afrique, bénéficie d’une longue expérience et de la capacité et de la volonté de ses actionnaires de soutenir ses objectifs de développement, illustré parfaitement par l’importance des contributions de pays membres non régionaux bénéficiant d’une notation élevée".

Pour le président de la BAD, Akinwumi Adesina, "la notation « AAA » de Moody’s confirme la solidité de la politique prudente de gestion des finances et des risques menée par la Banque ainsi que celle de son dispositif de gouvernance, même face aux conditions difficiles qu’impose la pandémie de Covid-19".

Il affirme également que "le soutien exceptionnel des actionnaires de la Banque renforce notre capacité à financer les pays d’Afrique. Nous continuerons à gérer les risques et les besoins en capitaux de manière appropriée pour aider les pays du continent à reconstruire leurs économies au mieux et plus rapidement, tout en leur garantissant une résilience économique, sanitaire et climatique".

La notation financière confirmée par Moody’s "fait écho aux affirmations précédentes de la note AAA avec perspective stable de la Banque par les autres principales agences de notation internationales, à savoir Fitch Ratings, Standard and Poor’s Global Ratings et l’Agence japonaise de notation de crédit", conclu le communiqué de la BAD.

ITZone

L'Algérie ne livre pas ses données numériques aux institutions internationales
13 janvier 2020 Voilà pourquoi l’Algérie ne sera pas frappée par le tsunami digital de la prochaine décennie

Aujourd’hui, la stratégie de la politique numérique de l’Algérie a besoin de beaucoup d’atouts supplémentaires et surtout d’une maîtrise de l'évolution technologique, devenue de plus en plus rapide. Certes le numérique a arraché plusieurs départements ministériels dans le nouveau gouvernement, mais à ce jour, nous n’avons relevé aucune politique digitale transversale qui pourrait mener le pays vers une transformation globale de la société.

La technologie doit trouver sa place dans la mise en œuvre des projets stratégiques comme ceux destinés à l’amélioration des modèles de la santé et de l’enseignement primaire et à la réduction de la pauvreté, de la fracture sociale et de la mortalité infantile.

Une question se pose donc, pourquoi la société algérienne ne tire pas profit du potentiel des technologies du digital ? A notre avis, les raisons sont multiples…Le gouvernement n’a toujours pas fait l’effort financier nécessaire pour bien promouvoir, à long terme, une politique technologique qui pourra faire rentrer le pays dans l’ère des nouveaux usages du numérique.

Sans cela, l’intelligence artificielle ne pourra jamais arriver en Algérie pour diagnostiquer, par exemple, les personnes atteintes de maladies qu’elles pourraient contracter bien avant qu’elles ne soient même malades, ou prédire à l’avance les séismes; le pays demeurera désarmé face aux robots de Twitter et Facebook qui sèment la peur et la haine, dans les sociétés, avec leurs deepfakes et fake news ; les algorithmes des moteurs de recherche et la vidéo sur Smartphone ne pourront pas aider les médecins à promouvoir les nouvelles méthodes de diagnostic des maladies ; les citadins algériens seront dans l’incapacité de monter dans une Tesla et appuyer deux fois sur le bouton de conduite automatique sur l'autoroute ; et l'institution militaire peine à faire face à la guerre des drones et aux combats de machines autonomes sur le champ de bataille.

Les progrès technologiques multidimensionnels de la prochaine décennie se produiront si rapidement que leur ampleur sera difficile à comprendre. C'est probablement vrai, mais ce qui est également vrai, c'est que la révolution industrielle s'est déroulée sur une période d'environ 120 ans. La révolution automatisée qui est sur le point de se produire se fera en un clin d'œil. Autrement dit, «les algorithmes et logiciels mangeront définitivement le monde en 2030». D’ici là, la société mondiale ne ressemblera plus à ce qu'elle est aujourd'hui et ça ne sera pas jolie pour l’Algérie…