Covid-19: le variant sud-africain réduit l'efficacité des vaccins - Maghreb Emergent

Covid-19: le variant sud-africain réduit l’efficacité des vaccins

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Les données d’essais cliniques de deux vaccins contre le COVID-19 montrent qu’un variant du coronavirus identifié pour la première fois en Afrique du Sud diminue leur efficacité, renforçant la nécessité de vacciner un grand nombre de personnes le plus rapidement possible, ont déclaré samedi des scientifiques.

Les vaccins de Novavax et Johnson & Johnson font partie des produits censés jouer un rôle clé dans la lutte contre le virus, qui a infecté plus de 101 millions de personnes et fait plus de 2 millions de morts dans le monde.

Ils s’avèrent toutefois nettement moins efficaces contre le COVID-19 chez les participants aux essais en Afrique du Sud, où une nouvelle variante s’est propagée, que dans les pays où cette mutation est encore rare, selon les données préliminaires publiées par les sociétés.

« De toute évidence, les mutants ont pour effet de réduire l’efficacité des vaccins », a déclaré le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, lors un briefing.

Novavax a rapporté jeudi des résultats préliminaires mettant en évidence une efficacité de son vaccin de 50% chez les patients en Afrique du Sud, à comparer avec un taux pouvant atteindre jusqu’à 89,3% dans des résultats d’études plus avancées au Royaume-Uni.

Vendredi, J&J a de son côté déclaré qu’une seule injection de son vaccin contre le coronavirus était globalement efficace à 66% dans le cadre d’un essai massif sur trois continents, avec de grandes différences selon les régions.

Aux États-Unis, où la variante sud-africaine a été signalée pour la première fois cette semaine, l’efficacité a ainsi atteint 72% contre seulement 57% en Afrique du Sud, où le variant, connu sous le nom de B 1.351, a représenté 95% des cas étudiés dans le cadre de l’essai.

Un autre variant hautement transmissible, découvert au Royaume-Uni et maintenant présent dans plus de la moitié des États américains, a moins résisté au vaccin que le mutant sud-africain.

Les nouvelles données disponibles soulèvent aussi des questions sur l’efficacité des vaccins de Pfizer avec son partenaire BioNTech et de Moderna contre les variants du virus.

Les deux vaccins ont montré une efficacité d’environ 95% dans des essais menés principalement aux États-Unis, avant que les virus mutants ne soient identifiées dans d’autres pays.

« C’est une pandémie différente maintenant », a déclaré le Dr Dan Barouch, chercheur au Beth Israel Deaconess Medical Center de la Harvard University Medical School à Boston, qui a aidé à développer le vaccin de J&J.

Selon lui, il existe désormais une grande variété de nouveaux variants en circulation, y compris au Brésil, en Afrique du Sud et même aux États-Unis, qui affichent une résistance substantielle aux anticorps induits par les vaccins.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter