Importations automobiles : le ministre de l'Industrie explique les raisons du blocage - Maghreb Emergent

Importations automobiles : le ministre de l’Industrie explique les raisons du blocage

Facebook
Twitter

Le dossier des importations automobiles n’est toujours pas clos. Les promesses du ministre de l’Industrie, Ahmed Zeghdar, tardent à se concrétiser et les professionnels du secteur s’impatientent.

Dans une réponse écrite adressée au député du parti du MSP, qui avait demandé au ministre d’expliquer les raisons du retard enregistré dans le processus de l’importation automobile, Zeghdar a confirmé que cela est dû aux « réserves émises par le comité technique concernant les dossiers de demande d’agrément déposés par les concessionnaires ».

Selon le ministre, « aucune accréditation n’a encore été accordée » en raison des nombreuses réserves émises par ce même comité, qui a « avisé les concessionnaires de soumettre les pièces complémentaires requises afin de compléter l’étude des dossiers ».

Zeghdar a expliqué dans sa lettre, qu’« à ce jour, cette commission a tenu 51 réunions, au cours desquelles elle a étudié 54 dossiers, sur les 72 qui ont été déposés par des opérateurs économiques et qui concernent les véhicules de tourisme et utilitaires, les camions, les tracteurs routiers, les autobus, les petits engins mobiles et les motos ».

Réserves sur neuf dossiers

Le ministre a ajouté que « neuf de ces dossiers ont fait l’objet de réserves. Des notifications ont été adressées aux concernés afin de pouvoir lever ces réserves, et l’étude de leurs dossiers sera reportée jusqu’à ce que les compléments d’information demandés aux concessionnaires soient fournis, tandis que les dossiers restants ont obtenu un avis défavorable ».

Selon le ministre de l’Industrie, ces réserves portent sur « les installations nécessaires à l’exercice de cette activité », telles que les halls d’exposition et de stockage, notamment au regard de leur « nature juridique ». « Il n’est pas raisonnable d’accorder un agrément pour la pratique de cette activité commerciale sur des terres agricoles, par exemple ! », a écrit le ministre.

Le ministre de l’Industrie a en outre tenu à rassurer le débuté en affirmant que « les agréments seront accordés dès qu’un avis positif sera émis par le comité technique qui travaille à un rythme proportionné à l’importance des dossiers déposés sans aucun échec ».

Facebook
Twitter