Industrie pharmaceutique : les raisons d'une facture d'importation salée - Maghreb Emergent

Industrie pharmaceutique : les raisons d’une facture d’importation salée

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Depuis l’arrivée de la pandémie de la Covid-19, début 2020, les marchés mondiaux des matières premières et les prix des frets maritimes et aériens ont connu une flambée sans précédent. Ces augmentations ont impacté directement les coûts de la production et de la consommation. C’est ce qu’affirment les chiffres présentés mercredi par Dr Abdelouahed Kerar, président de l’Union nationale des opérateurs de la pharmacie (UNOP), lors de la journée d’étude organisée par la Section ordinale régionale des pharmaciens d’Alger (SORP Alger) tenue mercredi 1er décembre à Alger.

En effet, la pandémie du Covid-19 a créé une grande tension et des ruptures sur des médicaments finis et certaines molécules, au regard de la grosse demande mondiale. De ce fait, Dr Abdelouahed Kerar souligne que l’Algérie subit les conséquences de ce qui se passe dans le monde. « Certaines matières premières ont connu des hausses de 140%, se répercutant sur les prix de certains médicaments. Le prix du Paracétamol a augmenté de 139%, l’antidiabétique la Metformine a augmenté de 124% et l’azithromycin, utilisée dans le traitement du Covid a connu une hausse de 36% », précise le président de l’UNOP.

Par ailleurs, l’industrie des matières premières pharmaceutiques est parmi les plus polluantes. La Chine et l’Inde, qui constituent les deux pôles de fabrication de la matière première pharmaceutique dans le monde, ont augmenté les prix de certaines matières essentielles. D’ailleurs, l’Inde a même interdit l’exportation de ses matières premières et certains produits finis durant la crise sanitaire.

Dans le même contexte le président de l’UNOP a rappelé que la Chine, premier producteur mondial de produits destinés à l’industrie pharmaceutique, a pris en 2020 des dispositions écologiques pour protéger son environnement, dont la réduction du temps de travail dans les usine de ce secteur à quatre heures par jour.

En plus des prix des matières premières qui ont augmenté significativement, le Dr Abdelouahed Kerar a indiqué que le fret maritime a connu une hausse de 360% et de 233% pour le fret aérien. Le transport des produits pharmaceutiques, qui était comptabilisé à 2 dollars le kilo, est actuellement de 10 dollars le kilo. A titre d’exemple, un concentrateur d’oxygène qui coûte 500 dollars, voit son prix majoré à 730 dollars. Coût du transport: 230 dollars.

Malgré un début de retour à la normale de la croissance économique dans la plupart des économies du monde, les spécialistes prévoient une stabilité des marchés à l’horizon 2025. jusque-là, les marchés restent prudents à cause des vagues cycliques de contamination au Covid.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter