"L'économie nationale se stabilise après une année de crise sans précédent" (Tebboune) - Maghreb Emergent

« L’économie nationale se stabilise après une année de crise sans précédent » (Tebboune)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a animé un point presse diffusé ce dimanche, avec des représentants de médias locaux, dans le cadre des rendez-vous périodiques de l’information organisés par la présidence.

Après avoir justifié par un impératif de continuité ses choix quant à la reconduction de plusieurs ministres sortant, au sein de la nouvelle équipe gouvernementale conduite par Aimene Benabderrahmane, le chef de l’Etat est revenu longuement sur un certain nombre de dossiers économiques, qui ont défrayé la chronique depuis quelques mois, à commencer par celui de l’investissement, dont les nouvelles lois tardent à voir le jour.

Le président a déclaré que les banques algériennes disposent d’un encours de 1665 milliards de dinars pour le financement de projets d’investissement. Un chiffre qu’il dit faire l’objet d’une majoration conséquente dans les mois à venir. « Nos banques sont disposées à financer des projets à hauteur de 90% », a t-il annoncé. Néanmoins, M. Tebboune concèdera que le secteur bancaire n’arrive pas à porter seul le poids de la promotion des investissements en Algérie, qui souffrent toujours de la bureaucratie sous ses formes multiples. Aussi, le président a ouvert la porte à la création de nouvelle banques privées sous différentes formules, afin de capter la manne financière qui circule dans le secteur de l’informel, à la transformer en cash flow à destination des opérateurs économiques.

Intérrogé sur le potentiel de l’industrie algérienne, le président est revenu sur l’importance qu’il donne aux industries de transformation agroalimentaire, en particulier dans les région sud du pays, et aux startups, qu’il souhaite élever au rang de locomotive de l’économie nationale.

Sur un autre volet, le président est revenu sur les prévisions des institutions économiques internationales quant à la situation actuelle du pays. « Nous enregistrons actuellement une croissance de l’ordre de 3,8%. Notre économie renait de ses cendre après avoir subi de plein fouet les affres de la crise sanitaire induite par la pandémie du Coronavirus, en 2020. » A t-il expliqué. Et d’ajouter  » Nos chiffres à l’export sont bons ! Avec près de deux milliards de produits hors hydrocarbures exportés, notre objectif principal reste le seuil des 5 milliards de dollars, à atteindre prochainement ».

s’agissant de la gestion des importations, M. Tebboune indique que l’ère ou chacun pouvait importait à tour de bras divers produits et services état révolue. « Désormais, nous devons y réfléchir à deux fois avant d’engager le moindre dollar dans des opération d’importations, notamment celles qui n’ont aucune valeur ajoutée » a t-il averti. Et d’ajouter « j’invite le secteur privé à prendre sa part de responsabilité et à s’engager des des projets de création de nouvelles entreprises, y compris dans le sud où le taux de développement local ne nous satisfait pas, afin d’y créer de nouveaux emplois. » A ce titre, le chef de l’Etat a décider d’augmenter la prime de chômage, que perçoivent certains jeunes se déclarant sans activité.

Enfin, le président est revenu sur quelques indicateur macroéconomiques, à l’image du niveau de réserves de change (44 milliards de dollars), dont la tendance serait haussière d’ici la fin de l’année, compte tenu du prix du baril du pétrole (autour de 70 dollars).

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter