L'ONIL actualise son cahier des charges pour augmenter la production du lait - Maghreb Emergent

L’ONIL actualise son cahier des charges pour augmenter la production du lait

Facebook
Twitter

la bataille pour assurer la disponibilité de la poudre du lait et des produits laitiers ne s’arrête pas. Les autorités auront tout essayer pour satisfaire la demande du lait subventionné et réguler le marché.

En effet, l’Office national interprofessionnel du lait (ONIL), a fait savoir dimanche à Alger que le cahier des charges régissant l’activité des laiteries a été actualisé en vue d’augmenter le volume de production du lait subventionné et améliorer sa distribution.

L’actualisation du cahier des charges relatif aux laiteries permettra de mettre fin à la pression enregistrée actuellement en matière de distribution et de production du lait, a affirmé Le directeur général de l’ONIL, Khaled Soualmia qui s’exprimait sur les ondes de la chaine I de la Radio Algérienne.

Les laiteries seront tenues selon le nouveau cahier des charges à fournir davantage d’efforts en matière de collecte du lait cru en vue d’augmenter la production du lait subventionné qui repose quasi totalement sur la poudre de lait importée, a-t-il expliqué.

Assurant que ce cahier de charges sera l’un des principaux outils de développement de la filière du lait, le DG de l’ONIL a appelé les éleveurs à la création de grandes coopératives agricoles d’élevage de vaches dépassant les 1500 têtes.

L’Algérie dispose de 230 laiteries publiques et privées, dont seulement 199 laiteries produisent du lait subventionné (15 publiques et 104 privées), a-t-il rappelé précisant que l’Office avait mis à leur disposition 5000 tonnes de poudre de lait, ces six derniers mois, afin d’éviter la pénurie du lait subventionné et pasteurisé.

Après avoir affirmé que les capacités de production du lait « sont disponibles », M. Soualmia a salué la révision en hausse des marges bénéficiaires au profit des producteurs et des distributeurs de lait, une hausse à même de les encourager à produire davantage de lait subventionné.

Il a affirmé le maintien du prix du lait subventionné à 25 DA, du fait que la marge bénéficiaire sera supportée par le Trésor public, rappelant que le ministère de l’Agriculture et du Développement rural s’attelait actuellement à recenser le nombre et les races de vaches laitières.

Avec APS

Facebook
Twitter