Panafricanisme économique : le Maroc devient membre de l’AFC - Maghreb Emergent

Panafricanisme économique : le Maroc devient membre de l’AFC

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter

Le Royaume du Maroc, le Burkina Faso et la République Démocratique du Congo  sont les nouveaux Etats membres de l’Africa Finance Corporation (AFC) et apportent ainsi leur pierre à l’édifice du Panafricanisme économique.

Leur adhésion à cette organisation est intervenue durant le premier trimestre 2021, ce qui porte le nombre total d’États membres de l’AFC à 31, contre 26 il y a un an. « Il s’agit d’un exploit historique pour l’AFC alors que nous continuons d’étendre notre empreinte à travers le continent » Qualifie à ce titre Samaila Zubairu, Président et Directeur Général de l’AFC. Smaila Zubairu estime par ailleurs que cette adhésion conjuguée à l’expertise technique de l’AFC permettra  de fournir des infrastructures essentielles, tout en privilégiant l’énergie, les énergies renouvelables et les infrastructures numériques pour ainsi reconstruire une économie plus résiliente et durable après la COVID-19.

S’exprimant sur l’adhésion du Maroc à l’AFC, le ministre de l’Économie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, M Mohamed Benchaaboun, a pour sa part déclaré : « Le Royaume du Maroc est heureux d’adhérer à l’AFC à un moment aussi critique. Nous sommes impatients d’achever les procédures de ratification juridiques dès que possible, afin que nous puissions tirer parti des nombreux avantages de l’adhésion à l’AFC, y compris son solide réseau, alors que nous poursuivons notre programme de recherche de partenariats plus stratégiques en Afrique subsaharienne ».

Oeuvrant à combler le déficit d’infrastructure en Afrique, l’AFC a investi plus de 8,4 milliards de dollars américains dans 35 pays d’Afrique, utilisant son accès aux marchés financiers mondiaux pour stimuler le développement, intégrer les économies du continent et améliorer les conditions de vie des populations africaines. Parmi les exemples récents de réalisation de l’AFC, l’on cite un investissement d’un montant de 130 millions d’euros dans l’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), qui fournit des services de gestion du trafic aérien; un financement d’un montant de 62,2 millions de dollars américains pour le projet d’énergie éolienne de la mer Rouge de 60 MW situé à Djibouti; et un investissement d’un montant de 150 millions de dollars américains dans les actifs de la Zone Economique Spéciale « ARISE » au Bénin et au Togo, avec une vision stratégique de construire des écosystèmes industriels et logistiques compétitifs.

En outre,  l’AFC est aux cotés de la Banque Centrale du Nigéria (CBN) et l’Autorité Souveraine d’Investissement du Nigéria (NSIA), elle est l’une des trois institutions soutenant la nouvelle Société d’infrastructure du Nigéria (InfraCo), créée pour catalyser et accélérer les investissements dans des secteurs tels que le transport et la logistique, l’énergie, les télécommunications et la technologie, l’exploitation minière et la valorisation et l’agriculture.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter