Qui est le Dr Nabil Mellah ? - Maghreb Emergent

Qui est le Dr Nabil Mellah ?

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter

Un parcours guidé par une quête continue de l’excellence

Tous ceux qui ont pu fréquenter le Dr Nabil Mellah ont pu témoigner aussi bien de sa réussite professionnelle que de son sens aigu de l’observation et de l’analyse, qu’il n’a jamais manqué d’exprimer avec un humour d’une grande finesse. Cette réussite a été le fruit d’un travail acharné assorti d’une capacité à mobiliser plutôt singulière.

Le fruit de cette réussite porte aujourd’hui un nom : MERINAL, que le Dr Nabil Mellah a réussi à hisser au rang de troisième producteur de médicament sur le marché national en volume, après Sanofi et Saidal.

Pour en arriver là, Nabil Mellah n’a eu de cesse de poursuivre une valeur cardinale tout au long de son parcours : la quête de l’excellence. Il ressort ainsi des témoignages publiés sur les réseaux sociaux que cette quête était déjà perceptible chez lui dès l’école primaire pour ne jamais se démentir tout au long de son parcours scolaire, sanctionné à 16 ans par l’obtention d’un baccalauréat avec mention très bien. Il fit ainsi partie des jeunes bacheliers honorés par le chef de l’Etat d’alors, Chadli Bendjedid. Dans le même esprit, il se tournera vers des études de médecine tout aussi brillamment menées. Il sera ainsi diplômé d’Etat en médecine à l’âge de 23 ans.

Un héritage familial fait de valeurs patriotiques et de rigueur morale

Fils de moudjahid, ingénieur retraité de l’ANP en 1984 au grade de commandant ; il avait rejoint l’ALN dès 1954, sous le grade de lieutenant. Nabil Mellah aurait pu, au regard de ses compétences, comme beaucoup de jeunes médecins de sa génération, orienter ses choix de vie vers des cieux pouvant lui offrir un épanouissement professionnel digne de l’excellence qu’il a pu développer tout au long de son parcours, et n’ignorant rien alors des difficultés existantes dans un pays encore durement marqué par les stigmates laissés par la décennie noire, a, au contraire, fait le choix ambitieux de rester en Algérie et d’y créer, partant d’une simple pharmacie d’officine ouverte par sa mère à La Glacière (Bachdjarrah) en 1970, ce qui deviendra quelques années plus tard l’un des fleurons de l’industrie pharmaceutique algérienne.

Ayant pu ainsi bénéficier au tout début des moyens modestes mis à sa disposition par son environnement familial, il construira à force de travail patient, de courage, de volonté mais surtout d’optimisme chevillé au corps, les conditions d’un épanouissement professionnel fidèle à ses valeurs, occultant tous les signes dissuasifs d’un environnement économique aux multiples défis. Signe de la confiance qu’il suscita concernant son projet, il sera très vite soutenu par la Banque Africaine de Développement qui lui octroiera un crédit bancaire lui donnant ainsi les moyens de réaliser les objectifs de développement qu’il s’est assigné, tant pour l’entreprise que pour le rayonnement de l’Algérie.

L’unité de production de médicament débutera ses activités en 2002, Merinal optant pour une stratégie de développement axée sur le générique. La vision stratégique est définie clairement dès les prémisses de la production : l’objectif est non seulement d’être en mesure de développer cette activité à l’échelle nationale, mais aussi de se projeter au-delà du marché algérien.

C’est pourquoi Nabil Mellah va mener, au-delà de sa propre entreprise, un combat crucial pour l’émergence d’une industrie pharmaceutique nationale, dans le cadre de ses fonctions au sein de l’Union nationale des opérateurs de pharmacie (UNOP) dont il sera secrétaire général pendant plus de dix ans, puis président de 2011 à 2013.

Dans le cadre de cette fonction, il jouera un rôle décisif pour l’émergence d’un pôle pharmaceutique algérien solide et performant respectant les standards internationaux. Ainsi, il aura été un défenseur acharné du développement de la production pharmaceutique nationale, et aura été au cœur du combat qui a conduit, au cours des années 2007 et 2008, à l’interdiction d’importation de tout médicament fabriqué par des entreprises locales, dans le souci d’une approche vertueuse au service de la patrie.

Ce combat, aura donné l’impulsion décisive à un secteur qui couvre aujourd’hui plus de 60% des besoins du marché national du médicament.Aujourd’hui, Merinal commercialise annuellement près de 60 millions de boîtes de médicaments comptant près de 80 présentations dans 9 domaines thérapeutiques et accompagne au quotidien les praticiens de la santé dans leur noble mission de prise en charge des patients algériens. En 2019, Il lance une deuxième unité de production à Khemis El Khechna, un des plus grands complexes pharmaceutiques du pays ayant une capacité de production de 150 millions de boîtes par an, et couvrant plusieurs spécialités pharmaceutiques dans différents domaines thérapeutiques (cardiologie, gynécologue, neurologie, psychiatrie…), dont une majeure partie sera dédiée à l’export.

Ce nouveau complexe, à 85% d’avancement, a été conçu en respectant les standards de qualité internationaux pour être en capacité d’obtenir la certification des plus grandes agences mondiales des médicaments (L’European Medicine Agency (EMA) et la Food and Drug Administration (FDA)). A terme, ce complexe industriel de production et de distribution pharmaceutiques générera pas moins de 600 emplois directs. (Merinal compte actuellement plus de 1000 collaborateurs).

Par ailleurs, au regard des énormes défis logistiques et réglementaires auxquels est soumis l’acte d’exporter en Algérie, et ce du propre aveu des quelques opérateurs assez téméraires pour avoir relevé ses défis, Nabil Mellah, fidèle à son ambition, et accompagné d’une équipe tendue vers le même objectif, a accepté ce challenge. Merinal a ainsi entamé des opérations d’exportation dès l’année 2007.

Depuis, l’entreprise a étendu sa présence dans dix pays (Côte d’Ivoire – Burkina Faso – Mali – Congo – Mauritanie – Libye – Guinée – Irak- Niger – Sénégal) et certains produits sont en cours d’enregistrement dans de nombreux autres. En définitive, à de multiples égards, le Dr Nabil Mellah ne se contente pas de porter l’entreprise familiale et de la développer, mais il en fait une entreprise aux valeurs citoyennes et patriotes qu’il chérit tant. Cette façon d’agir est inscrite dans son ADN, participant des mêmes raisons qui l’ont poussé à ne pas chercher un épanouissement professionnel ailleurs que dans son pays.

Le pari de l’avenir radieux, donc de la jeunesse

Merinal, sous l’impulsion du Dr Nabil Mellah, est aujourd’hui conventionnée avec plusieurs universités du pays, et a accueilli et formé par moins de 300 stagiaires ces 5 dernières années. Encourager la jeunesse et lui transmettre ses valeurs et son savoir-faire a constamment été le souci du Dr Nabil Mellah qui participe à de nombreuses conférences sur l’entreprenariat et les valeurs sociétales adossées aux valeurs entrepreneuriales. Nombreux sont les étudiants qui se rassemblent pour l’écouter prodiguer ses conseils et sa foi en l’avenir de l’Algérie. Ainsi, lors de la rencontre « Wikistage Algiers » à l’Opéra d’Alger, le Dr Nabil Mellah confie que la réussite de Merinal s’est développée grâce à l’investissement dans la jeunesse (la moyenne d’âge des collaborateurs de Merinal se situe entre 30 et 35 ans).

Le Dr Nabil Mellah a ainsi fait de la ressource humaine un levier de développement. Il prône ainsi à chacune de ses interventions la prééminence des valeurs sociales dans le cadre professionnel. « La pire crise que peut connaitre une entreprise est une crise de valeurs » répétait-il toujours.

Conjuguant la parole aux actes, son engagement prendra tout son sens durant la crise sanitaire, au cours de laquelle, dans le sillage de la campagne de solidarité organisée par les autorités publiques pour faire face au sinistre occasionné par la pandémie de la Covid-19, l’entreprise Merinal aura été en première ligne : ainsi, « la valeur financière de ses contributions de différentes natures, aura dépassé les 140 millions de dinars », selon le témoignage de l’Union nationale des opérateurs de pharmacie dans son dernier communiqué.

A titre d’exemple, Vapropharm, filiale de Merinal spécialisée dans l’importation d’un équipement fondamental pour la prise en charge de l’oxygénothérapie du patient atteint de COVID, à savoir la Valve CPAP et le masque VNI, a fait livrer gratuitement lesdits équipements, entre autres, sous l’impulsion du Dr Nabil Mellah, à tous les centres COVID qui en ont fait la demande (plus de 100 centres). A cela s’ajoute la distribution de plusieurs dizaines de vidéo laryngoscopes permettant de protéger les réanimateurs lors de l’intubation des patients COVID+. Ces actions ont été engagées dans une totale discrétion car le Dr Nabil Mellah a toujours été animé d’une volonté d’être utile sans verser dans l’autopromotion.

En un mot, Nabil Mellah est une réussite professionnelle doublée d’un engagement citoyen sans faille. La nouvelle de son emprisonnement, sans parler du choc qu’il aura généré chez ses proches et bien au-delà, aura surtout suscité une énorme vague d’incompréhension au niveau national.Un entrepreneur citoyen et patrioteEnfin, comment ne pas évoquer l’amour de l’Algérie qui aura constamment animé le Dr Nabil Mellah.On pourra simplement citer à ce propos cette action au cours de laquelle, en 2017, le Dr Nabil Mellah, en collaboration avec plusieurs chefs de services de cardiologie, a été l’initiateur et le promoteur d’une étude clinique dont l’objectif était d’évaluer l’apport de la mesure ambulatoire de la pression artérielle (MAPA) en Algérie.

Merinal a été le premier laboratoire 100% algérien à initier une étude clinique. Elle a été présentée au prestigieux congrès européen de pharmaco-épidémiologie (ISPOR) qui s’est tenu à Barcelone.Les résultats préliminaires de cette étude ont rassemblé des données très importantes pour la communauté des cardiologues afin d’adapter la prise en charge et d’optimiser l’utilisation de la MAPA dans le diagnostic et le suivi des patients hypertendus, sanctionnés par une publication des résultats finaux sur une revue indexée (Current Hypertension Reviews ).

Le Dr Nabil Mellah a toujours eu le sens du partage et de la générosité. Il a toujours donné de son temps, et n’a jamais lésiné sur les moyens, aussi bien dans son secteur d’activité qui est la santé, que dans divers domaines, dès lors qu’il y voyait un bénéfice pour l’intérêt général mais surtout, pour le rayonnement de l’Algérie, à l’intérieur comme en dehors de ses frontières. Il reste l’un des porte-étendards de toutes les nobles causes et s’est toujours investi dans la valorisation de l’image de l’Algérie à l’international. Le sport algérien peut notamment s’enorgueillir aujourd’hui de compter parmi ses représentants une jeune escrimeuse, Meriem Mebarki qu’il a parrainée et accompagnée depuis 2017 et qui représentera l’Algérie aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2021.

John Kennedy disait à l’endroit de ses compatriotes américains lors de son discours d’investiture : « Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. »

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Dr Nabil Mellah aura fait sienne cette doctrine et l’aura constamment mise en application sur le terrain.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter