Les neuf centrales électriques seront conçues pour être exploitées sur le long terme (dr.)

Sur un total de près de 9000 projets d’investissement se trouvant en dehors des zones industrielles, 1088 demandes de raccordements en électricité et gaz, adressés par ses investisseurs, demeurent sans réponse.

Ce chiffre a été révélé dans l’exposé présenté par le ministre de l’Energie Abdelmadjid Attar, lors  du Conseil des ministres de ce dimanche 28 juin, sur la situation du raccordement des zones industrielles au réseau d’électricité et de gaz.

Selon le rapport du ministère de l’Energie, ces 854 demandes de raccordements à l’électricité et 234 autres au gaz, n’ont pas encore été satisfaites pour un ensemble d’entraves et de dysfonctionnements dans la mise œuvre de ces oppérations.

En tête des motifs avancés, figurent l’absence de passages pour les réseaux électriques, la non-conformité de la liste des bénéficiaires avec les personnes sur le terrain et la répartition des enveloppes financières avant la réalisation des études, selon les explications de la tutelle.

A cet effet, le président de la République a appelé le nouveau ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, a surpasser ces difficultés et résoudre le plus rapidement possible ces entraves.  

Par ailleurs et selon l’exposé du ministre de l’Energie, il existe près de 3000 demandes de raccordements de périmètres agricoles au réseau électrique, se trouvant an majorité au sud du pays.

Parmi ces demandes, 1010 ont été réalisées et le reste est en attente de mise en service, en cours de réalisation, en attente de règlement des coûts par l’opérateur, ou en cours d’examen. Le ministre a rappelé que le programme global de raccordement à l’électricité comprend 50 zones industrielles. La plus grande partie de ces zones, au nombre de 44 sont gérées par les wilayas et les 6 autres, par l’Agence nationale d’intermédiation et de régulation foncière (ANIREF).

 8 total views,  1 views today