Le président de la Confédération algérienne du patronat citoyen (CAPC), Sami Agli, a révélé que lors de sa rencontre avec le patronat, le président de la République Abdelmadid Tebboune a souligné « la disponibilité de l’Etat à accorder des avantages fiscaux dans le domaine de l’agriculture et la transformation ainsi que des financements allant à 90% par les banques ».

Dans une déclaration au quotidien El Watan, le président de la CAPC est revenu sur cette rencontre avec le chef de l’Etat, qui a eu lieu la semaine dernière, et qui s’est caractérisée, selon lui, par «une atmosphère de transparence», en la qualifiant d’«historique» et de «première» dans le pays.

Lors de cette rencontre, les patrons ont fait part au président de la République de «l’inquiétude sur la situation économique actuelle» et aussi «partagé la vision sur la manière dont nous pouvons participer à la réussite du plan de la relance économique tracé par les autorités», a souligné M. Agli.

A ce titre, il a expliqué que le président Tebboune a exprimé, lors de ses orientations, «son souhait et ses encouragements pour aller vers des secteurs prioritaires, à savoir l’agriculture en amont et en aval».

Aussi, le chef de l’Etat a appelé les patrons à renfoncer le secteur de l’industrie, en encourageant les investisseurs à aller vers les secteurs des produits subventionnés et de la nécessité de « renverser la balance en allant vers la production locale, à l’instar de la poudre de lait ou de la filière des grains, tels que le soja, blé et maïs », a fait savoir le président du CAPC.

«Ce plan de relance économique est le plan de la dernière chance».

Rappelant que l’année 2019 a été une année blanche sur le plan économique ainsi qu’une crise politique, et l’an dernier, la Covid-19 et la baisse des prix du pétrole ont eu un impact direct sur la situation économique du pays, Agli a indiqué que «ce plan de relance économique est le plan de la dernière chance».

Il a estimé que ce qui peut être encourageant pour la communauté des affaires, c’est « le report de tout ce qui est agréments, licences et autorisations, qui ont été attribués en 2020 et qui sont arrivés à échéance, en reportant les engagements bancaires d’une année ou plus afin de permettre aux entreprises de respirer».

Le président du CAPC a également souhaité que les lois d’attributions du foncier, bloquées depuis mars 2020, soient promulguées rapidement. Il a plaidé aussi, pour mettre fin aux entraves bureaucratiques, qui constituent, selon lui, une réalité amère et un danger pour l’économie.

Le  président du CAPC a souligné par l’occasion, d’aller rapidement vers la réalisation de ces instructions. « Le temps c’est de l’argent, nous sommes en train de perdre un temps précieux. Quand nous voyons ce qui se passe dans le monde, où la compétition est devenue féroce, nous devons réagir dans cet écosystème mondial où nous devons être acteurs et nous ne devons pas en subir les conséquences», a-t-il conclu.

 309 total views,  2 views today