Crise de l’énergie, l’Algérie a-t-elle un cap pour saisir les opportunités ? (CEE)

Crise de l’énergie, l’Algérie a-t-elle un cap pour saisir les opportunités ? (CEE)

Le café des experts économiques a fait sa rentrée sur le thème qui a dominé l’été de l’hémisphère nord : crise de l’énergie et dérèglement climatique

Les Européens vont manquer de gaz naturel cet hiver pour la génération d’électricité et le chauffage. Ils se sont tournés vers les fournisseurs de gaz classiques et nouveaux pour combler une partie des probables 100 milliards de m3 de gaz russe qui vont manquer à l’appel.

Situation conjoncturelle liée à la guerre en Ukraine qui va sans doute rompre la confiance des Européens en Moscou comme fournisseur de gaz sur le long terme. C’est en tout cas l’avis de Mourad Preure expert en énergie venu au renfort des deux experts réguliers du CEE, Réda Amrani et Ali Harbi.

Mais alors si nous sommes au seuil d’un grand chamboulement que l’accélération du dérèglement climatique va rendre plus rapide, que doit faire l’Algérie pour saisir les nouvelles opportunités qui s’offrent à elle en tant qu’acteur énergétique important ?  

Si la question est bien posée dans le CEE, quelques pistes sont également ouvertes. Elles sont à la fois visionnaires et pratiques. Elles dépendent d’une gouvernance clairvoyante et d’un consensus politique fort en interne ? Oui hélas. Mais elles méritent d’être écoutés à défaut d’être entendus.

Le CEE en vidéo, c’est ici.