Appel pour la relaxe et la libération du journaliste algérien, Ihsane El Kadi, condamné à 7 ans de prison - Maghreb Emergent

Appel pour la relaxe et la libération du journaliste algérien, Ihsane El Kadi, condamné à 7 ans de prison

Facebook
Twitter

À quelques heures d’une nouvelle audience, le réseau des Médias indépendants sur le monde arabe réitère son soutien à Ihsane El Kadi, directeur de Radio M, de Maghreb Emergent et de l’agence Interface Médias et appelle à sa remise en liberté à l’issue du pourvoi en cassation qui sera examiné ce 12 octobre par la Cour suprême d’Alger.

Arrêté dans la nuit du 24 décembre 2022 à Alger et écroué le 29 décembre, le journaliste a été condamné le 18 juin 2023 à sept ans de prison, dont cinq ans ferme et deux avec sursis. Une peine inique prononcée en appel qui a alourdi la condamnation en première instance déjà extrêmement sévère de cinq ans de prison, dont trois ans ferme et deux avec sursis.

Ce qui a tout l’air d’un acharnement judiciaire a pour objectif de museler les quelques voix encore libres et indépendantes en Algérie. En effet, malgré l’absence de preuves tangibles, Ihsane El Kadi a été poursuivi et condamné au titre de l’article 95 bis sanctionnant : « quiconque reçoit des fonds, un don ou un avantage…pour accomplir des actes susceptibles de porter atteinte à la sécurité de l’État, à la stabilité et au fonctionnement normal de ses institutions, à l’unité nationale, à l’intégrité territoriale. » 

Me Zoubida Assoul, son avocate, dénonce « un procès politique par excellence » et « une volonté délibérée de faire taire le journaliste » arrêté quelques jours après la publication d’articles et d’un tweet sur la politique algérienne.

Depuis son arrestation, la famille, les collègues et ami·e·s d’Ihsane El Kadi se mobilisent activement pour sa libération et ont organisé à l’occasion de ses 9 mois d’incarcération le 1er Sit-in virtuel de soutien et de solidarité avec Ihsane El Kadi et Mustapha Bendjama ainsi que tous les détenus politiques et d’opinion. En parallèle, RSF (Reporters Sans Frontières) a lancé une campagne internationale pour la libération immédiate du patron de presse ainsi qu’une pétition qui a recueilli plus de 20 000 signatures.

Rappelons que dans le sillage de cette répression, Radio M et Maghreb Emergent ont été perquisitionnés, mis sous scellés et que leurs rédactions ont été démantelées.

Enfin, à l’instar d’Ihsane El Kadi, plusieurs journalistes, activistes et chercheurs sont actuellement incarcéré·e·s en Algérie, tel·le·s que Mustapha Bendjama (journaliste condamné à deux ans de prison ferme), Raouf Farah (chercheur algéro-canadien condamné à deux ans de prison ferme), Brahim Lalami (figure du hirak, plusieurs fois arrêtés et condamné à huit ans de prison ferme), Mohad Gasmi (militant écologiste condamné à 5 ans de prison ferme), Kamira Nait Sid (Présidente du congrès mondial Amazigh condamnée à 3 ans de prison ferme) et Yasser Rouibah (jeune hirakiste plusieurs fois arrêté)… pour ne citer qu’eux.

Babelmed, membre du réseau des Médias indépendants sur le monde arabe, est signataire de l’appel. 

Facebook
Twitter