Autoroute des hauts-plateaux : le « cadeau » présidentiel à 6,5 mds d’euros aux entreprises algériennes - Maghreb Emergent

Autoroute des hauts-plateaux : le « cadeau » présidentiel à 6,5 mds d’euros aux entreprises algériennes

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter

Inscrite au programme quinquennal 2010-2014, la construction de la rocade autoroutière des hauts-plateaux sera lancée avant la fin de cette année. Les études de faisabilité, confiées en août 2008 à trois groupements étrangers pour un montant de près de 40 millions d’euros et un délai de 18 mois, ne sont toujours pas achevées.

 

Annoncé en 2007 par Amar Ghoul, qui avait indiqué que le projet sera doté d’une enveloppe financière de 800 milliards de dinars (7,5 milliards d’euros environ), l’autoroute des hauts-plateaux peine à se concrétiser. Le méga-projet devrait relier, tout comme l’autoroute est-ouest, son parallèle un plus au nord, les frontières tunisiennes à celles marocaines sur 1030 Km.

Cette nouvelle autoroute aura pour point de départ, El Aricha dans la wilaya Tlemcen, à proximité de la frontière avec le Maroc. Elle passera par Sidi bel Abbes, Saida, Tiaret, Djelfa, Ain Oussara, Bou Saada, M’Sila, Biskra, Batna, Oum El Bouaghi, Khenchela et Tébessa,pour atteindreBouchebka, à la frontière avec la Tunisie.
Les travaux de construction de cette autoroute devraient être lancés en même temps, sur l’ensemble du tracé. Le lot Centre va de Tiaret à Batna, en passant par Boughzoul et M’Sila sur 495 Km. Le lot Est, reliera Batna à Tébessa en passant par Khenchela sur 220 Km et le lot Ouest, va d’EL Aricha à Tiaret, en passant par Saida sur 305 Km. Contrairement à l’autoroute est-ouest, située à la périphérie des villes, cette autoroute des hauts-plateaux est une « autoroute de liaison ». C’est-à-dire, une autoroute interurbaine, allant de ville en ville.

Le lot Ouest retarde le lancement des travaux

Confiées respectivement aux Coréens Kyong Dong Engineering C., Ltd/Pyunghwa Engineering Consultants (PEC)/Saman Corp. pour le lot Est et Dong Myeong Engineering Consultants (DMEC)/Dongil/Korea Engineering Consultants Corp, (KECC) pour le lot Centre, les études techniques ont été achevées pour ces deux lots, a-t-on appris auprès de l’Agence nationale des autoroutes (ANA). Les travaux topographiques sur le lot Centre ont été sous-traités aux français de Safege- Fugro. Les études relatives au lot Ouest sur 305 Km, confiées aux Italien de C. Lotti &Associati à l’issue de la même procédure d’appel d’offres pour un montant de 11,5 millions d’euros, ne sont néanmoins pas terminées. 640 Km, allant de Saida (ouest) à Batna (est), empruntant sur les trois lots, sont considérés comme prioritaires pour connecter les deux régions du pays. 230 Km allant de la nouvelle ville de Boughzoul dans la wilaya de Djelfa à Barika, dans la wilaya de Batna, sont en tout cas budgétisés au titre de l’exercice 2014. Les appels d’offres devront être lancés avant la fin de l’année. Même si le lot Ouest est encore en phase des études d’avant-projet.

Priorité aux nationaux pour la réalisation

Contrairement à l’autoroute est-ouest, l’actuel ministre des Travaux Publics, Farouk Chiali a annoncé que la priorité pour la réalisation sera accordée aux entreprises algériennes, avec un recours très limité pour les étrangers.Dans une de ses récentes déclarations, le coût du projet a été estimé à700 milliards de DA (6,5 milliards d’euros environ) et« sera scindé en dix lots et non pas trois comme c’était le cas pour les études». «La réalisation va être confiée à des groupements d’entreprises algériennes justifiant un savoir-faire et une expérience avérés», a-t-il dit. Concernant les délais d’achèvement, M. Chiali estime que «la réalisation de chacun des dix lots nécessitera un délai de 36 mois. Si les groupements d’entreprises débutent leurs travaux en même temps, la jonction entre les 10 lots se fera au bout de moins de 3 ans».

30 milliards d’euros d’investissements à réaliser

Le plan quinquennal 2010-2014 inclut un gigantesque programme d’investissements dans le secteur des travaux publics (30 milliards d’euros environ), qui vise à poursuivre la modernisation du réseau routier et l’augmentation des capacités portuaires.
Il doit porter le réseau autoroutier national à 5 600 Km, en plus du parachèvement de l’autoroute Est-ouest (1 216 km), dont il reste 121 Km à réaliser, 6 échangeurs, 670 Km du réseau multitubulaire et une clôture de sécurité le long de cette autoroute sur 2432 Km.
Le programme prévoit également la réalisation de la 4e rocade sur 265 km (études achevées, travaux non encore lancés). Cette rocade d’Alger est une autoroute à péage qui traverse cinq wilayas du centre, à savoir Ain Defla, Médéa, Bouira, M’Sila et Bordj Bou Arreridj. Elle va de l’échangeur de l’autoroute Est-ouest situé à 3 Km de Khemis Miliana dans la wilaya de AinDefla, pour aboutir à Bordj Bou Arreridj. Il s’agit aussi de lancer les travaux de réalisation de 25 liaisons autoroutières cumulant 2 853 km, à l’instar des pénétrantes reliant l’autoroute est-ouest aux ports et aux chefs-lieux des wilayas des hauts-plateaux, à partir de Bejaia, Djendjen (Jijel), Oran et Arzew.

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter