M A G H R E B

E M E R G E N T

Actualités

Compléments alimentaires : le Snapo réagit aux opérations de contrôle et de saisie dans les pharmacies

Par Maghreb Émergent
décembre 10, 2022
Compléments alimentaires : le Snapo réagit aux opérations de contrôle et de saisie dans les pharmacies

Les pharmacies ont subi des opérations de contrôle et de saisie de compléments alimentaires, après la décision des autorités de réguler le marché pour ces produits. Le syndicat national des pharmaciens d’officine (Snapo), a appelé au report de cette instruction.

En effet, depuis la signature par cinq ministères d’une instruction ministérielle conjointe, visant à réguler le marché des compléments alimentaires pour la consommation humaine, les pharmaciens ont vu leurs marchandises saisies par les services de contrôle. Une situation qui a incité le syndicat à réagir, appelant à reporter la mise en œuvre de l'instruction ministérielle afin de laisser le temps aux pharmacies de se préparer.

Dans un communiqué, dont Maghreb Emergent détient une copie, le Snapo a fait savoir que des démarches sont entretenues en vue de reporter l’application immédiate de ces dispositions. « L’instruction a été mise en application sans que les opérateurs n’en soient informés au préalable », a expliqué le syndicat dans son communiqué.

Selon le Snapo, la mise en conformité des produits "nécessite un travail de communication et du temps". Il explique que le retrait de ces produits d’une manière immédiate "va aggraver la situation des ruptures vue que ces produits sont prescrits par les médecins traitants et sont devenus un usage habituel par notre clientèle qui du jour au lendemain va en être dépourvue".

Dans le même sens, le syndicat a rappelé que ces saisies des produits de compléments alimentaires, constituent également « des pertes économiques lourdes que va subir le secteur officinal ».

Enfin, le Snapo exprime son souhait, que les autorités concernés vont répondre favorablement et rapidement à sa demande de rapport.

Rappelons qu’en novembre dernier, le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Ali Aoun, avait indiqué, lors d’une visite au niveau de plusieurs laboratoires pharmaceutique implantés dans la wilaya d’Alger, qu’ « il faut arrêter avec ces compléments alimentaires qui rentrent de partout ». Il avait expliqué qu’un décret est en préparation pour "réglementer ces produits et imposer un agrément pour la production de ces compléments alimentaires, qui seront régis comme les médicaments".